Marche des femmes travailleuses au Tchad : la police bloque l’accès à la Bourse du travail de N’Djaména – APA

Les policiers, gendarmes et éléments de la garde nationale et nomade du Tchad, lourdement armés, ont bloqué, tôt ce mardi matin, l’accès à la Bourse de travail de N’Djaména dans l’optique d’empêcher les femmes travailleuses de s’y regrouper avant d’entamer la marche pacifique qu’elles comptent tenir.
Membres de la plateforme intersyndicale composée de l’Union des syndicats du Tchad (UST), de la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST) et du Syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS), les femmes travailleuses ont réaffirmé depuis hier lundi leur volonté de marcher pacifiquement ce mardi pour exprimer leur colère motivée notamment par le non-paiement depuis deux mois des salaires des fonctionnaires.

Les éléments de la police sont postés à quelques mètres de l’accès à la Bourse de travail, obligeant ainsi les premiers groupes de femmes venues pour la marche à rebrousser chemin. «Nous avons un autre plan», a pourtant confié à APA certaines des femmes.

Toujours dans l’objectif de s’opposer à la marche, d’autres contingents de la police ont investi d’autres lieux supposés servir de regroupement comme l’espace Festa Africa situé à Moursal, un quartier animé de la capitale N’Djaména et réputé être des fiefs d’opposants.

« La journée risque d’être mouvementée », a lancé un membre de différentes coalitions de la société civile qui apportent leur soutien aux femmes et aux fonctionnaires sans salaire depuis deux mois.


Commentaires sur facebook