Deux poids, deux mesures :

Les tchadiens ont eu raison d’être sceptiques par rapport aux arrestations relatives aux détournements des biens publics. Non seulement on n’arrête pas les vrais responsables de la crise actuelle, mais même parmi les arrêtés, il y a une différence dans le traitement : ceux qui ont un soutien bien placé sont rapidement libérés, les autres conduits directement à la maison d’arrêt et défilent entre celle-ci et le palais de la justice sans savoir exactement ce qu’on leur reproche. L’ex TPG et l’oncle de la 1èr Dame, l’ex directeur du BNF ont été libérés, le premier a payé un milliard de CFA, le second 700 millions de CFA. Ces deux n’ont vu ni la maison d’arrêt ni un juge, par contre des nombreux seconds couteaux gisent à la maison depuis plus d’un moins sans avoir été présentés devant un juge.


Commentaires sur facebook