Pahimi Padacké contre les tchadiens!

Le «limogeage» (démission) du ministre des Finances Mbogo Séli illustre les basses manœuvres du PM contrairement aux intérêts de la République et des humbles travailleurs tchadiens. Comme l’a si bien dit notre confrère du Tchadanthropus Tribune, le PM n’a cessé de lui savonner le plancher afin de le discréditer auprès du Président Déby et de la population. Faut-il le rappeler, Déby qui aime s’entourer d’incompétents et de« bénis oui-oui» avait fait appel en personne à ce technocrate compétent au sein du gouvernement. Sa bonne gestion fut d’ailleurs remarquée. Or par jalousie régionale et rivalité avec son oncle feu Gata NGoulou, le PM avait juré de lui rendre la vie difficile. Ainsi, nos sources confirment qu’à chaque fois que le ministre des finances autorisait le paiement des fonctionnaires, le PM donnait l’ordre formel de bloquer et ainsi occasionner les tristes retards de versement des salaires. Et Déby ne se préoccupa que très peu des malheurs des tchadiens ordinaires du moment que le débit d’argent continue de couler vers lui, la française nationale et les siens.

Tout comme son maître, en plus d’instrumentaliser le Contrôle d’État pour régler des comptes personnels et se remplir les poches, le PM s’attendant à son remplacement depuis longtemps se donna pour mission d’envenimer la situation sociale et affamer les fonctionnaires afin de laisser le chaos à son futur remplaçant. En effet, les barbouzes chargés de surveiller les syndicalistes auraient remarqués des compromettantes manœuvres entreprises par le PM : A chaque fois que le gouvernement s’entend avec les syndicats pour une reprise des activités, le PM envoie des émissaires, nuitamment, remettre des liasses d’argent à certains leaders syndicalistes afin de reconduire la grève. Et le lendemain le PM ordonne de bloquer le versement des salaires ce qui nécessairement et délibérément envenime la situation. Tel hélas est le système pensé, voulu, incarné et inspiré par Déby en personne : siphonner sans vergogne les ressources du pays et ensuite le sang des pauvres tchadiens!

Correspondance particulière
N’djaména Tchad


Commentaires sur facebook

Laisser une réponse