Le Projet PAMFPIF du ministère des Finances, une escroquerie à grande échelle.

Financé par la Coopération française, le projet PAMFPIF avait pour objectif d’informatiser le ministère des finances, gestion du personnel et des salaires. Le Tchad cofinance à hauteur de 2 milliards de CFA par an. Un bureau d’études Burkina fut choisi, lequel bureau a envoyé un expert qui couta plus de 10 million de CFA par mois. Aujourd’hui, ce projet bat de l’aile, le logiciel (SIGAFPE) fourni par le bureau Burkinabè est vieux d’une vingtaine d’années, est devenu complètement obsolète. Son utilisation crée une pagaille indescriptible. Pire, aucun tchadien ne maitrise parfaitement ledit logiciel, malgré les nombreuses séances de formation dispensées par le bureau Burkina.

Initialement prévu pour le compte du ministère des finances, le projet est étendu à d’autres ministères, principalement la fonction publique. La vraie pagaille est que le programme du logiciel est accessible à tous les utilisateurs qui pourraient à leur guise le manipuler, changer des paramètres en rendant toute exploitation une indescriptible. Certains responsables du ministère ont cherché à comprendre ce qui se passe réellement avec ce projet qui englouti des milliards sans aucun résultat probant, mais ils étaient vite débarqués, ce qui donne l’impression que ce projet est une mangeoire accaparée par une mafia du ministère des finances.

 


Commentaires sur facebook

Laisser une réponse