Les ministres de la Santé de la CEMAC déterminés à relancer les activités du CIESPAC à Brazzaville – Xinhua

Les ministres de la Santé des six Etats membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont annoncé mercredi à Brazzaville la reprise prochaine des activités du Centre inter Etats de l’enseignement supérieur de santé publique en Afrique centrale ( CIESPAC), détruit pendant la guerre de juin 1997 qui a opposé l’actuel président congolais Sassou Nguesso à son prédécesseur Pascal Lissouba.

La réunion des ministres de la Santé de cette zone communautaire s’est tenue en marge des travaux de la 57ème session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique ouverts lundi et qui se clôtureront le 31 août.

« Nous sommes tous tombés d’accord pour relancer rapidement le CIESPAC pour que les cours reprennent pour l’année académique 2007- 2008, même dans les locaux provisoires, en attendant la réhabilitation de cette grande école de santé publique« , a déclaré le ministre camerounais de la Santé publique, Urbain Olanguena Awono, au terme d’une réunion consacrée à la relance des activités de cet établissement communautaire.

Aujourd’hui nous avons plus de visibilité sur toutes ces questions. C’est pour cette raison que nous pouvons décider de relancer immédiatement les activités de cette grande école de formation, a-t-il ajouté.

Cette réunion qui a regroupé les ministres de la Santé du Congo, du Cameroun, de la République centrafricaine, du Gabon, de la Guinée Equatoriale et du Tchad, a été présidée par le Premier ministre congolais, Isidore Mvouba.

Le CIESPAC qui est une propriétaire de la CEMAC a débuté ses activités en 1988 à Brazzaville. Cette école a eu à former 32 médecins spécialistes, 138 techniciens supérieurs de santé publique et 49 gestionnaires des districts sanitaires.

La réhabilitation de cette structure sanitaire a connu, faute de financements, une sorte de léthargie.


Commentaires sur facebook