Ce que dira Sarkozy à son ami de Président

Depuis mon élection à la tête de la France, c’est la deuxième fois que je foule le sol tchadien. Ceci dénote de l’intérêt que j’accorde à ton pays et à toi-même. Ceci montre également que la France est fidele à ses amis, particulièrement le Tchad avec lequel nous avons des relations historiques affectives tissées dans le sang.

La France, par sa coopération active et militaire, je rappelle entre parenthèse que l’armée française n’a jamais quitté le Tchad depuis son indépendance. Elle contribue ainsi à la stabilité et à son développement socio économique. A la charnière entre l’Afrique noire et arabe, entre l’Afrique francophone et anglophone, le Tchad occupe une position stratégique pour les intérêts de la France.

Tu es un grand Président, cher ami ; tu as réussi là où tous tes prédécesseurs ont échoué : tu as apporté la démocratie, la liberté de la presse, d’association ; tu as réussi à faire exploiter le pétrole et comble de tout, tu as donné à la communauté internationale des gages institutionnelles solides pour une gestion transparente et collégiales des revenus pétroliers. Le Tchad est aujourd’hui un havre de paix. Grace à toi la paix règne en Afrique centrale ; les militaires tchadiens ont sillonné les contrées les plus diverses pour apporter paix et tranquillité.

Cher ami, tu es un homme de culture, surtout de culture occidentale, et de ce fait je suis heureux de constater qu’on partage la même position sur tout ce qui vient de l’orient vers l’Afrique noire, en particulier la propagation de la culture arabo-islamique dans les ex colonies françaises. La France te soutient et te soutiendra fermement pour combattre ces hordes d’un autre âge. La France est fière de t’avoir apporté un appui décisif pour repousser les porteurs des idéologies néfastes. Et la France sera toujours prête à apporter un tel appui. Le Président Bush m’a félicité publiquement d’avoir aidé le Tchad pour sauvegarder nos intérêts respectifs, cela signifie que le monde libre vous soutient et soutient la démocratie. La prise du pouvoir est condamnée par le monde entier et le Tchad possède des institutions issues des élections démocratiques et transparentes. Ces hordes barbares ont causé beaucoup de tort au Tchad, à sa population, à son économie, etc. Des édifices publics ont été détruits, des innocents sont morts. Quant aux rebelles disparus, euh pardon, les hommes politiques disparus, on ne sait jamais ce qui peut se passer dans un climat tel que vécu à Ndjamena. Ces barbares sont capables de les kidnapper et les tuer, ou peut être qu’ils ont profité de la situation pour partir avec les rebelles, car j’ai cru comprendre qu’ils ont beaucoup d’amis parmi les mercenaires ; alors faisons confiance aux institutions de la république et particulièrement à cette commission d’enquête mise sur pied ; qu’il faudra mixer avec de l’international pour faire la lumière. Les commissions, moi, j’en connais, le jour où elles rendront leur rapport, les faits ne seront plus d’actualité. Et puis, quand on a été victime d’une agression d’une telle gravité, les conséquences collatérales sont inévitables. Et puis, bon, je veux faire recevoir quelques politiciens et responsables des ONG qui ont survécu aux événements par mes conseillers aussi bien ici qu’à Paris pour montrer que je ne privilégie aucune partie.

Cher ami, je te remercie, au nom de tous ceux qui m’accompagnent, au nom de mon épouse Cecilia ici présente, euh pardon, je veux dire Carla, de ton accueil chaleureux et amical. Je te remercie d’avoir autorisé la France à déployer l’Eufor qui permettra de contrecarrer la pénétration de l’islamisme par la voie de l’Est. Je ne pourrais terminer sans te réitérer ma reconnaissance pour avoir permis aux membres de l’Arche de Zoé de purger leur peine en France et plus tard les gracier. J’ai cru comprendre que le décret de grâce vient d’être envoyer ce matin même au ministère français des affaires étrangères.

La Rédaction


Commentaires sur facebook