Une ONG retire un rapport critique sur le pétrolier Glencore au Tchad 24 juin 2017 – voa

L’auteur du rapport, Lorenz Kummer, dénonce « l’opacité de SHT, une structure qui ne publie pas ses comptes et n’est soumise à aucun audit externe ».

L’ONG suisse SwissAid a déclaré samedi avoir retiré de son site un rapport critique qu’elle avait publié le 12 juin sur les activités de la compagnie pétrolière helvétique Glencore au Tchad.

L’ONG a pris cette décision « pour des raisons de sécurité et pour calmer le jeu », selon sa présidente Caroline Morel, jointe au téléphone par l’AFP depuis Libreville.

SwissAid a adressée un courrier à l’ambassadeur du Tchad en Suisse et auprès de l’ONU à Genève lui proposant d’aborder la question « de la sécurité de nos collègues (tchadiens) sur place, qui n’ont pas été associés à nos enquêtes. C’est en effet un de nos collègues suisses qui a fait le travail d’enquête ».

« Comme notre rapport a été diversement interprété, également dans un but politique qui n’est absolument pas notre propos, nous avons estimé préférable de le retirer de notre page web et de renoncer à toute diffusion », ajoute ce courrier révélé par le site TchadInfo et authentifié par l’AFP auprès de l’ONG.

Du côté du gouvernement tchadien, « nous avons trouvé inamicale la publication d’un tel document et nous l’avons signifié à cette ONG », a confié un responsable du ministère tchadien des Affaires étrangères interrogé par l’AFP à N’Djamena.

Intitulé « Tchad SA », le rapport dénonçait le manque de « transparence » de Glencore dans ce pays producteur d’Afrique centrale, où la société suisse cotée à Londres est actionnaire de la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT), selon un compte-rendu publié le 12 juin dans le quotidien suisse Le Temps.

L’auteur du rapport, Lorenz Kummer, dénonce « l’opacité de SHT, une structure qui ne publie pas ses comptes et n’est soumise à aucun audit externe ».

Il s’agit d’un « cas classique illustrant la corruption qui règne dans le secteur pétrolier », ajoute M. Kummer cité par Le Temps.

« Ce rapport, présenté sous le prisme de la transparence, n’a en réalité d’autres objectifs que de nuire à l’image du Tchad, à celle du président de la République et de sa famille », a réagi à Ndjamena la porte-parole du gouvernement, Madeleine Alingué, interrogée par l’AFP.

Dirigé d’une poigne de fer depuis 1990 par le président Idriss Déby Itno, le Tchad, pays pauvre, a exporté du pétrole à parttir de 2003, avant de pâtir gravement de la chute des cours à partir de 2014.

Avec AFP


Commentaires sur facebook

Laisser une réponse