Quand les hommes en armes s’imposent aux politiques – Bichara Idriss HAGGAR

Capture

À partir de 1975, les hommes en armes s’imposent aux politiques sur la scène tchadienne, plongeant le peuple dans le désarroi. Les militaires (CSM), par leur incompétence, leur amateurisme et leur népotisme, tout comme les rebelles issus du Frolinat, par leur anarchie, leur brutalité et leur indifférence au bien public, sont à l’origine d’un chaos qui va durer des décennies, mettant à mal l’unité nationale. Le Tchad n’est plus qu’un « État-néant », désagrégé en plusieurs mini-États : le Nord livré aux différentes factions rivales issues du Frolinat, le Sud dirigé par le Comité permanent érigé en gouvernement autonome et l’extrême-Nord occupé par la Libye.
Cette situation génère dans le pays des guerres civiles, l’ingérence des puissances étrangères – France et Libye – et une instabilité politique chronique sur lesquelles des conférences nationales et internationales n’auront que très peu de prise.
Si le président Tombalbaye a bien été à l’origine du mal tchadien, il n’en demeure pas moins que le régime militaire et le G.U.N.T., issu des différentes tendances, restent largement responsables de l’esprit militariste qui s’est substitué à la volonté politique assurant l’existence d’un État de droit.

ISBN : 978-2-343-12283-0 •22,50 € • 210 pages

Vous pouvez aussi commander cet ouvrage directement à votre libraire habituel ou sur le site internet l’Harmattan en cliquant ici

—————————————————– L’AUTEUR —————————————————–

Bichara Idriss HAGGAR est né le 22 juin 1952, à Bakaoré (Iriba). Il est docteur en droit public (Poitiers), diplômé de l’École nationale des Impôts (Clermont-Ferrand) et en commerce international (Québec). Il a dirigé de 1984 à 1989 l’École nationale d’administration et de la magistrature (ENAM) et enseigné à la faculté des Sciences économiques et juridiques de N’Djamena de 1984 à 1992. Ses engagements politiques l’ont conduit à faire partie du comité central de l’UNIR (1984) puis d’en être le secrétaire exécutif adjoint (1988). Il a été membre fondateur et dirigeant du RDP. Emprisonné en janvier 1992, relâché mais surveillé, il s’évade du Tchad en juin 1992. Il est le co-fondateur du Conseil national de redressement du Tchad (CNR) et devient le responsable des relations extérieures et de la coopération et porte-parole du mouvement, puis président depuis 2004. Il vit actuellement en exil au Canada.

 

Quand les hommes en armes s’imposent aux politiques – Bichara Idriss HAGGAR


Commentaires sur facebook