Les Brèves de Ndjamena – « la révolte légale et légitime du DG/Gendarmerie »

 

Comme Tchadactuel l’a révélé, Deby avait assigné à son Ministre délégué avec son staff au cours d’une réunion houleuse qui s’était tenue du 26 au 27 juin des missions distinctes :

1-D’abord effectuer des visites d’inspection et de contrôle dans toutes les zones militaires du Nord et du Nord Est ; 2- de procéder aux nominations des nouveaux responsables des zones opérationnelles appelées communément « OPS ».

3 – C’est une mission non dévoilée lors de la 1ère réunion : le désarmement total et complet des orpailleurs qui pullulent dans toute la région septentrionale du Pays et qui sont à la base de l’hémorragie que connaît actuellement l’armée tchadienne. Sur ce dernier point les instructions sont fermes et précises :

– Désarmement total de tous les orpailleurs,

– Confiscation de leurs biens matériels et les produits de leur exploitation

– internement de tous les individus incarcérés dans leurs zones et leur enrôlement dans l’armée

Conformément aux instructions, le Ministre et son groupe avaient fait précéder par route une forte équipe des éléments des protections, laquelle sera rejointe par les hauts responsables par avion à Bardaï ; or entre-temps la tornade avait décimé toute la flotte d’escadrille tchadienne en sus du manque des moyens financiers. En effet toutes les unités du N et NE, accusent plus de 3 mois de salaires sans tenir des accessoires tels le PGA, le MGE et les frais de la logistique (carburants, pièces détachées…)

En attendant l’arrivée du général sultan de Paris pour lui exposer les difficultés matérielles de la Mission, le Ministre délégué à convoqué une réunion le 9 juillet dans l’après-midi pour faire le point de la situation avant l’arrivée de Deby. Coup de théâtre, le DG de La Gendarmerie Nationale présent à la Réunion jette un pavé dans la marre, et dit en haute voix qu’il n’est pas disposé à faire participer ses unités à des opérations illégales surtout que La pression des organisations des droits de l’homme est telle que tout dérapage aura des conséquences sur les éléments à titre individuel avec La dérobade habituelle de l’Etat. En d’autres termes l’Etat réquisitionne les forces pour des opérations illégales sans protections administratives et judiciaires. Selon le DG, pour que La gendarmerie puisse participer à toute opération à caractère répressif, il faudrait respecter les procédures administratives et judiciaires et mettre in fine les moyens financiers adéquats pour subvenir aux besoins élémentaires des internés pour qu’ils soient traités dans des conditions humaines honorables.

Pour le Ministre délégué, cette position du DG/Gend est inattendue et s’apparente à une rébellion « légale et légitime  » qui est inconnue dans la culture du système Deby. Sur ce fait le Ministre a levé la séance sans aucune conclusion. Il est clair que tout le monde attend le retour du Sultan qui devrait trancher soit par le renvoi du DG ou la suspension de la mission faute des moyens.

Correspondance particulière ( Ndjamena)

 

 


Commentaires sur facebook

Laisser une réponse