Tchad: des chefs de partis d’opposition empêchés de visiter le maire de Moundou – Rfi

Le président Idriss Déby n’a jamais fait mystère de son hostilité vis-à-vis de l’intervention occidentale en Libye, en 2011. La jugeant précipitée et insuffisamment réfléchie, il avait mis en garde les gouvernements de Nicolas Sarkozy et David Cameron sur les conséquences désastreuses que le vide brutal créé à Tripoli serait susceptible d’avoir pour toute la région. Et face au désengagement rapide des armées française et britannique une fois le régime renversé, Idriss Déby s’était inquiété de l’absence totale de « service après-vente » occidental en Libye.

Au Tchad, une vingtaine de chefs de partis d’opposition ont été empêchés samedi 5 août de rendre visite en prison au maire de Moundou, Lokein Médar. Des forces de sécurité les ont interceptés aux abords de la maison d’arrêt de cette ville. Des fouilles ont donné lieu à des altercations entre les forces de sécurité et les opposants. L’un de ceux-ci, Mahamat Adoum, président du Parti national républicain, a tenté de filmer la scène avec son téléphone. Ce qui lui a valu d’être interpellé, selon Neatobei Bidi Valentin, un député qui faisait partie de la délégation. De son côté, le ministre tchadien de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bachir, confirme l’arrestation de l’opposant.


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Bandar

    Pour quoi les techadiens sont incapables de regler le compte à quelqu’un comme Ahamt Bachir ? Sinon s’en prendre à un membre de sa famille pour qu’il la ferme pour toujours ?