Tchad: l’opposition exige de voir seule les responsables UE et français – Afp

L’opposition au Tchad a exigé de voir seule les émissaires français et européens, refusant de les rencontrer en présence des membres de la majorité présidentielle tchadienne, ont affirmé des opposants en marge de la visite du président français Nicolas Sarkozy à N’Djamena.

« Nous avons refusé de prendre part à toute forme de reprise du comité de suivi de l’accord du 13 août (entre pouvoir et opposition) tant que nos camarades de l’opposition n’ont pas été libérés et que ceux qui se trouvent à l’extérieur n’ont pas reçu la confirmation qu’ils ne seraient pas poursuivis à leur retour« , a déclaré mercredi à l’AFP Salibou Garba, membre de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC), principale coalition des opposants tchadiens.

« C’était notre condition avant la visite du président français. Cela reste notre position aujourd’hui« , a-t-il ajouté.

Le comité de suivi de l’accord du 13 août en vue d’un renforcement du processus démocratique au Tchad, censé mener à des élections démocratiques en 2009, comprend des membres de l’opposition et de la majorité du président Idriss Deby Itno.

Les délégations française et européenne à N’Djamena devaient initialement assister mercredi à une réunion de ce comité.

« En revanche, nous avons accepté de rencontrer (le ministre français des Affaires étrangères) Bernard Kouchner et (le commissaire européen au Développement) Louis Michel à la délégation européenne de N’Djamena ce soir (mercredi) », a précisé M. Garba, président de l’Alliance nationale pour la démocratie (AND), parti membre de la CPDC.

Un membre de la majorité présidentielle a confirmé à l’AFP qu’il n’y aurait pas de réunion du comité de suivi, l’opposition ayant « souhaité rencontrer seule Louis Michel et Bernard Kouchner ».

Sous couvert de l’anonymat, un autre opposant a confié avoir subi des pressions des responsables français et de l’Union européenne (UE).

« Ils ont tenté de faire pression sur nous en affirmant qu’ils refuseraient de nous rencontrer dans un autre cadre que celui du comité de suivi de l’accord 13 août« , a expliqué ce responsable de l’opposition. «  ».Mais nous avons tenu bon

L’UE est le principal parrain de l’accord du 13 août.

Le président du comité de suivi, l’ex-chef de l’Etat et actuel opposant Lol Mahamat Choua, a été arrêté le 3 février à l’issue d’une attaque rebelle ratée contre N’Djamena, et est considéré comme un « prisonnier de guerre » par les autorités.

Le gouvernement tchadien l’a placé mardi soir en résidence surveillée à son domicile en signe d' »apaisement« , à la veille de la visite de Nicolas Sarkozy.

Deux autres opposants, le porte-parole de la CPDC Ibni Oumar Mahamat Saleh et le député Ngarlejy Yorongar, également arrêtés le 3 février, sont portés disparus.


Commentaires sur facebook