Les Brèves de Ndjamena -Laïcité : les dérives inadmissibles de Deby

 

Après les phases « Deby, sous la coupe de son clan, ses parents et sa femme » , nous sommes bien dans la phase2, « Deby, sous la coupe du Comité islamique »en particulier de son zélé président, arrivé dans les bagages du MPS.

Le Colonel- Faux Dr Hussein Hassan Djaba était l’un de 76 bénéficiaires de bourses saoudienne en octobre 1976 fruit de la visite historique du feu Roi Fayçal. Il était dans des différents instituts du Royaume Wahhabite plus de 10 ans. C’étai donc un produit fini moulé dans des fabriques salafo-wahabite qui atterrira à N’Djamena dans les joutes du MPS. Connu pour être un piètre étudiant mais grand laudateur, Deby le propulsa à la tête du Comité islamique ; un de nos illustre intellectuels, disparu depuis, lui dénia la fonction d’Imam, compte tenu de ses maigres connaissances en la matière, mais Deby l’imposa quand même. Imbu de ce titre glorieux, l’Imam sillonnait les pays du Golfe pour la cause de l’islam et de la langue arabe, et revenait au Pays avec des chèques dont les montant n’avaient jamais été connus ni de l’administration ni du reste membre du Comité islamique.

Subitement Mr Hussein Hassan Djaba se métamorphose en un clin d’œil à la stupéfaction de tous les fidèles et devient le plus soufiste des soufistes quand les Pays du Golfe suspendent unanimement leurs subventions pour faits d’escroquerie et détournement. Il est déclaré dans ces Pays personnage immoral et escroque et interdit de séjour depuis plus de 15 ans.

Connaissant la position de son Chef d’Unité, c.à.d. IDI, il se met mains et pieds joints à son service avec une obséquiosité délirante et grotesque.

Deby aurait demandé à son fidèle serviteur, le président du Haut Conseil des Affaires Islamiques (HCAI), de demander aux imams de toutes les mosquées de prier pour lui, pour la paix et surtout de vilipender dans leurs sermons le Qatar. Un nombre des Imams ont poliment mais fermement refuser de se prêter à ce jeu. Et le président du HCAI de repartir voir son chef et lui rapporter que les mosquées dirigées par des wahhabites refusent de prier pour vous ; et Deby de lui suggérer de soulever le point lors de la présentation des vœux, ce qui fut fait, il s’agit donc en réalité une mise en scène, aucune improvisation en fait. L’Imam étant complètement déphasage avec le monde musulman à N’Djamena, Mr Deby était obligé de monter au créneau et de tonner :

  • « Désormais, aucune mosquée ne sera construite sur l’étendue du territoire sans l’accord écrit du HCAI ; tous les Imams des mosquées seront désormais nommés par le HCAI ;
  • Tous les centres d’apprentissage du coran, centres des prêches, les khalaqua, les mabrouka, etc., passent sous l’autorité directe du HCAI ;
  • La construction de toute école relative à l’enseignement arabe doit avoir l’accord préalable du HCAI.

Tout responsable à quel niveau que ce soit, qui contrevient à ces instructions, aura directement à faire à moi, le HCAI doit m’en informer directement, car désormais vous dépendez de moi. »

Y-a-t-il un texte qui met le HCAi sous la tutelle de la Présidence ? Jusqu’à une date récente le HCAI n’avait aucune existence juridique contrairement à ce qu’on croyait !

Mahamat Ahamat

 

 


Commentaires sur facebook