Tchad: Sarkozy a obtenu une "commission d’enquête internationale" – Afp

Le président français Nicolas Sarkozy a obtenu mercredi la création d’une « commission d’enquête internationale » concernant notamment les opposants tchadiens disparus, a-t-il affirmé à l’issue d’un entretien avec son homologue tchadien Idriss Deby Itno à N’Djamena.

« J’ai demandé une commission d’enquête internationale pour savoir ce qui s’est passé pendant les trois jours (de l’attaque rebelle ratée contre la capitale tchadienne, du 1er au 3 février)« , a déclaré à la presse le chef de l’Etat français, expliquant que la bataille de N’Djamena avait fait « 400 morts dont des femmes et des enfants« .

Selon lui, cette commission doit faire la lumière sur « ce que sont devenus les deux opposants (Ngarlejy) Yorongar et Ibni Oumar Mahamat Saleh« .

« M. Deby a accepté cette commission« , a assuré le président Sarkozy.

« La France veut la vérité et je ne céderai pas sur ce point. Ce n’est pas parce que le gouvernement du Tchad est légitime qu’il peut se permettre de faire n’importe quoi« , avait affirmé M. Sarkozy auparavant dans un discours devant la communauté française de N’Djamena.

Le président français a précisé que le commissaire européen au Développement Louis Michel ferait partie de la commission.

« Le président Deby a demandé la participation de la France, on y est tout à fait prêts. Je demande que la Croix-Rouge y participe ainsi que d’autres ONG« , a poursuivi M. Sarkozy.

Peu avant et juste après son entretien avec M. Sarkozy, le président Deby avait promis: « Il y aura une enquête internationale qui fera la lumière sur l’ensemble des choses qui se sont passées ».

« En raison de cette attaque (…), 400 civils sont disparus ou morts, parmi lesquels il y a des chefs de partis politiques« , avait-il affirmé, précisant que l’enquête serait sera dirigée par le président de l’Assemblée nationale Nassour Ouaïdou, membre de sa majorité.

Le député fédéraliste Ngarlejy Yorongar et le porte-parole de la principale coalition d’opposition Ibni Oumar Mahamet Saleh ont été arrêtés le 3 février et sont depuis portés disparus.

L’Elysée avait affirmé que l’objectif de la visite était de plaider auprès de N’Djamena pour une « accélération » du processus démocratique et pour que « toute la lumière » soit faite « sur le sort des deux opposants« .

M. Sarkozy estimait notamment qu’il fallait créer une « commission d’enquête crédible« .


Commentaires sur facebook