Tchad: éclatement et recomposition de l’alliance rebelle autour de Nouri – Afp

L’alliance rebelle qui a tenté de renverser le président tchadien Idriss Deby Itno début février à N’Djamena a été dissoute, et une partie de ses mouvements ont formé une nouvelle union dirigée par le général Mahamat Nouri, a-t-on appris jeudi auprès de ces groupes.

« Nous avons créé une alliance à trois, l’Alliance nationale (AN) », a affirmé à l’AFP le général Nouri, joint par téléphone satellitaire depuis Libreville, précisant qu’il en était le chef.

L’AN est composée de l’Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) du général Nouri, de l’UFDD Fondamentale (UFDD-F) d’Abdelwahid Aboud Makaye, et du Front pour le salut de la République (FSR) d’Ahmat Soubiane.

Ce dernier groupe n’était pas membre de l’alliance formée à la mi-décembre et qui a attaqué N’Djamena les 2 et 3 février et a failli s’emparer du pouvoir.

« Il y a un commandement militaire unique et une direction politique unique. Le 3 février, nous avons pris N’Djamena mais nous n’avons pu su choisir un chef. L’objectif reste de reprendre N’Djamena« , a estimé le général.

En revanche, le Rassemblement des forces pour le changement (RFC) de Timan Erdimi, l’un des piliers de l’alliance qui a attaqué N’Djamena, « n’a pas voulu se joindre à nous mais il reste un partenaire », a commenté M. Nouri.

L’un des dirigeants du RFC, Abderaman Koulamallah, a confirmé à l’AFP que son mouvement avait « catégoriquement refusé la désignation de Nouri« , et qu’il avait donc « quitté l’alliance« .

« Il faut absolument que nous trouvions une formule d’union pour sauver l’alliance« , a toutefois plaidé M. Koulamallah.

Selon des sources internes au RFC, le Soudan, parrain traditionnel des rebelles tchadiens, a fait pression en faveur du choix du général Nouri comme chef unique de la rébellion. Le RFC est divisé sur cette question, ont précisé ces sources.

L’alliance entre l’UFDD et le RFC, les deux principaux groupes rebelles longtemps incapables de s’unir, avait permis aux opposants armés au président Deby de réunir une force considérable de 300 pick-up qui ont quitté le 28 janvier leurs bases arrière au Soudan pour traverser le Tchad et prendre d’assaut N’Djamena.

Les rebelles avaient pris le contrôle de l’essentiel de la ville, repoussant le président Deby dans son palais. Mais ce dernier, avec l’aide de l’armée française, avait réussi à desserrer l’étau grâce à ses chars et à ses hélicoptères et les rebelles avaient dû se retirer le 3 février, à court de munitions.

D’ethnie gorane comme Hissène Habré, le président renversé en 1990 par Idriss Deby, le général Nouri n’a jamais caché sa méfiance envers les jumeaux Timan et Tom Erdimi, chefs du RFC.

Ces derniers, neveux et anciens directeurs de cabinet de l’actuel chef de l’Etat, sont membres comme lui de la communauté zaghawa, et sont soupçonnés par les autres rebelles d’être entrés en dissidence pour maintenir leur clan au pouvoir.


Commentaires sur facebook