Tchad : levée de boucliers contre la baisse des salaires des fonctionnaires – afrique.latribune

Pour le personnel des forces de défense et de sécurité tchadiennes, les futures baisses des salaires seront comprises entre 5% pour les cadres inférieurs et 10% pour les cadres supérieurs.

Pour le personnel des forces de défense et de sécurité tchadiennes, les futures baisses des salaires seront comprises entre 5% pour les cadres inférieurs et 10% pour les cadres supérieurs. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement tchadien a sur la table un projet de révision à la baisse des salaires des fonctionnaires. La nouvelle disposition salariale prévoit une diminution de 5% à 45% proportionnellement au montant du salaire, alors qu’un front syndical commun serait déjà prêt à réagir à la décision du gouvernement.

La première mesure législative du gouvernement tchadien pour cette année n’a pas trouvé écho auprès des salariés du secteur public. D’après une source syndicale, le gouvernement se pencherait actuellement sur un projet de révision à la baisse des salaires dans le secteur public. En phase d’examen au ministère tchadien des Finances et du budget, le projet prendra la forme d’un décret et sera précédé d’une séance de travail qui pourrait se tenir ce jeudi même entre la plateforme intersyndicale et le gouvernement.

La nouvelle disposition salariale prévoit une diminution de 5% à 45% proportionnellement au montant du salaire. Ainsi, précise la source, les fonctionnaires qui gagnent 60 000 francs CFA, soit exactement le salaire minimum inter-garanti (SMIG), se verront retirer 5%. Ceux qui gagnent entre 60 001 et 100 000 Fcfa vont voir leur salaire diminuer de 15%, tandis que les fonctionnaires dont les salaires sont compris entre 100 001 et 200 000 Fcfa perdront 20% de leur salaire.

Pour ceux qui perçoivent entre 200 001 et 300 000 Fcfa, le rabattement sera de 25%, alors que ceux dont le salaire va de 300 001 à 400 000 Fcfa perdront 30% de leur salaire. Quant à la catégorie des salariés qui touchent entre 400 001 et 500 000 Fcfa, la diminution sera de 35% contre 40% pour les salaires comprise entre 500 001 et 1 000 000 de Fcfa. Pour les catégories supérieures, celles dont les salaires sont compris entre 1 000 001 de Fcfa et plus, le rabattement sera plus important, puisqu’il atteindra 45% du montant du salaire.

Le personnel diplomatique, consulaire et de chancellerie à l’étranger ainsi que le personnel des forces de défense et de sécurité perdront quant à eux seulement 5% pour les cadres inférieurs et 10% pour les cadres supérieurs.

Les syndicats montent au créneau

Depuis l’annonce de cette future décision du gouvernement, les syndicats sont déjà sur le pied de guerre. «Nous préférons aller travailler la terre plutôt que d’accepter un tel rabattement des salaires. C’est impossible d’avaler cette pilule amère», tonne d’une même voix un groupe d’enseignants dans une déclaration à l’agence APA. Ils sont décidés à ne pas céder et feront tout pour y parvenir. Déjà après le congé du Nouvel An, la reprise dans certaines administrations est pratiquement.

Pourtant, les Tchadiens s’attendaient à ce que le président Idriss Deby Itno évoque la question des salaires dans son discours de vœux de fin d’année, en vain. Déjà à la fin de 2015, le président tchadien avait exhorté les fonctionnaires à garder courage, annonçant des mesures d’austérité diverses. Ndjamena avait expliqué que ces mesures étaient nécessaires pour faire face à la sévère crise économique que traverse le pays.


Commentaires sur facebook

Laisser une réponse