Les Brèves de N’djaména : Affaire Toyota : Les reculades et diversions de Deby

La guerre des tranchées entre Deby et les membres de sa communauté (BET et Wadi Fira), ne s’estompe pas, le face à face continue : Deby a juré de récupérer les véhicules (Toyota) privés qui pullulent dans ces zones ; mais les propriétaires, largement soutenus par la population et les soldats de la région, ont juré de ne pas céder aux injonctions illégales d’un Deby complètement hors réseaux et actionné par des forces occultes entretenues par son épouse.

Auparavant, Deby avait programmé de passer le ramadan à Amdjeress et de procéder à récupérer les véhicules ;mais tous les rapports des différentes sources de sécurité parvenues à son secrétariat lui ont indiqué une vive tension dans la région et surtout le refus catégorique des militaires à exécuter un ordre illégal. Alors le Général décide de surseoir son déplacement dans son village et à la surprise générale, il ordonne à sa garde rapprochée d’évacuer le site en ne laissant aucun de ses biens matériels !

Surpris et ahuris par ce retournement de la situation, les propriétaires crient à la victoire contre la tyrannie. L’information a fait le tour des régions concernées et les langues se sont déliées, pour le qualifier de tous les mots d’oiseaux du monde. Malheureusement pour les habitants ; ils étaient vite partis en besoin. Pour montrer ce qu’il est, Deby mobilise toute l’armée du Tchad et s’y est rendu, mais point d’ordre de saisie des véhicules privés : seuls des tergiversations, des mises en scène, monologues incompréhensibles et interminables avec les chefs des cantons, etc.

Comme il a remarqué que personne n’exécutera ses ordres, et vu le mécontentement et l’hostilité visibles de la population à son égard, Deby recule, et se suggère une porte de sortie par l’intermédiaire des conseillers qu’il avait obstinément refusé de les écouter jusqu’alors. C’est une reculade assez révélatrice de son impopularité et des limites de ses désirs enfantins. Mais pas d’abandon. Une fouille suivie des récupérations des armes à feu sera effectuée, à la suite de laquelle, il pense facilement opérer la saisie des véhicules.

Deby s’est rendu compte pour la première fois que ses désirs et ses instructions ne sont plus des paroles d’évangiles ; l’affaire des Toyota a révélé au grand jour, du moins au sein de sa propre communauté qui était jusqu’à son support inconditionnel, les méthodes hors la loi de la gestion du pays, et les messages à travers les réseaux sociaux ont mis le sultan complètement nu aux yeux de ses sujets.

Que peut faire maintenant le Sultan, défié par ses propres sujets ? Tenter de saisir les véhicules par la force, ce sera très probablement un suicide programmé ; rentrer à N’djaména sans aucune décision, c’est perdre la face pas seulement aux yeux de sa communauté mais de tous les tchadiens ! Un sultan défié par ses propres sujets, peut-il régner sur les autres tchadiens ? Dilemme.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

1 commentaire

  1. Hum! une nouvelle ére se prepare. Grave grave grave