Les Brèves de N’djaména: Toujours des Couacs à Tripoli

La CPDC sous pression – Deby a compris le danger que représente une réunion des rebelles et des partis d’oppositions, élargie à la société civile. C’est une table ronde qui ne dit pas son nom et on ne sait toujours pas bien ce que la table ronde va accoucher.

Ceci est d’autant plus inquiétant que le médiateur libyen, surpris par l’intransigeance des rebelles, semble accepter cette éventualité, même si au début le même médiateur a promis à Deby le contraire. Alors, Deby et le MPS se sont mobilisés comme un seul homme pour empêcher les partis politiques et la société civile d’aller à Tripoli ou à Libreville. Ainsi, depuis ces dernières 48h, les pressions sont devenues si fortes que la cohésion de la CPDC commence à se lézarder. L’évolution du vieux Allingue, connu pour ses positions de principe rigoureux, est bien perceptible. En parlant ‘IDI, il ne disait pas autre chose que « Deby », « M. Deby ». Or depuis un certain temps on entend « Le Président Deby », pour finir « Le Président de la République ». Selon les observateurs, son double langage le trahit chaque fois qu’il ouvre la bouche. Quant au Gl Kamougué, il ne parle plus ; ni en privé, ni en public. Peut être que la bouche est pleine. Le plus grave de tout ce cirque, c’est que Deby et le MPS, auraient sérieusement pensé d’éliminer physiquement le Député Yorongar et certains « extrémistes « de la CPDC.

Jusqu’à ces derniers jours, le quartier Moursal, fief de l’opposition radicale, ne se préoccupait pas beaucoup de ce qui se passe à l’Est ou en Libye ou ailleurs. Moursal a abandonné la politique, sans espoir. Jusqu’au jour où le Seigneur daigne rappeler Deby. Mais depuis ces 48h, Moursal bouge. D’abord inquiet des balbutiements des ténors du sud et des menaces qui pèsent sur la vie de Yorongar et surtout de l’absence du sud dans les négociations de Tripoli. Alors Moursal grouille du monde ; chez les ténors de l’opposition, les visites des grosses cylindrées avec celles des sympathisants ou militants à pieds, s’alternent.

On attend avec intérêt les suites du conclave entre le MPS et la CPDC de ce mardi 26 juin 2007. Mais d’ores et déjà, des bribes d’informations nous sont parvenues. En effet, contrairement à Deby, les médiateurs croient à une paix inter tchadienne, alors cela inquiète Deby. Alors, par l’intermédiaire de son Cabinet, il vient de donner un coup d’accélérateur aux négociations gouvernement opposition politique de N’djamena : Deby vient de proposer carrément la constitution d’un gouvernement d’union nationale dont un des ténors de l’opposition sera désigné PM. Pour court-circuiter Tripoli.

Toujours des Couacs à Tripoli – Non, rien n’avance à Tripoli. Après la parenthèse des préalables, les participants ont butté sur un point crucial pour chacun de deux parties. Transition avec ou sans Deby. Pour la partie gouvernementale, la constitution est intouchable, les pouvoirs du Président également. La réconciliation consiste tout simplement à une amnistie générale, réintégration des civiles et militaires dans leurs ministères, levée des poursuites engagées contre certaines personnes et la formation d’un gouvernement d’union nationale où les rebelles ont leur place. Les rebelles ont tout simplement souri ! Le seul fait nouveau, c’est la sortie très virulente du médiateur à l’endroit de la délégation gouvernementale pour son refus obstiné de négocier.

Toujours des Conteneurs suspects en provenance de la Chine – la société de transit, SDV qui dédouane pour le compte du gouvernement, au port de Douala a déclaré attendre 300 Conteneurs de 40 pieds en provenance de la Chine dans les jours suivants. Au jour d’aujourd’hui, 80 Conteneurs et 60 véhicules militaires ont été réceptionnés par la dite société. Des mesures exceptionnelles sont toujours en vigueur pour la réception et le convoyage de ces Conteneurs. Cette fois ci, c’est tout le staff du Bureau du Matériel militaire qui a fait le déplacement à Douala pour le convoyage.

MJE – Une partie des éléments du MJE qui a fait défection de leur mouvement et qui se trouvait dans la région de Biltine, est rentrée à N’djamena le 24 juin, escortée par les Messieurs Djounga Cherif, Bahradine Hammat et Hamit Hachim. Ces éléments attendent d’être récompensés financièrement de leur forfaiture et reversés dans l’armée avec des grades d’officier supérieur

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook