Armée : le Tchad va recruter 3000 soldats – latribune

Le processus de recrutement sera lancé dès le 1er janvier 2019. Quelques 3.000 soldats devraient venir grossir les rangs de l’armée tchadienne que l’Etat a décidé de renforcer. Essentiellement des agents administratifs, ces nouveaux effectifs devraient permettre de prendre en considération l’intense activité opérationnelle notamment face au terrorisme mais aussi pour contrer à la rébellion dans le Tibesti, dans l’extrême nord du pays

La mesure a été glissée dans le projet de budget 2019 adopté ce vendredi 28 décembre 2018. Après l’adoption par l’Assemblée nationale, Allali Mahamat Abaka, le ministre tchadien des Finances et du Budget, a annoncé que le nouveau budget autorise un nouveau recrutement de 3.000 soldats pour rejoindre les effectifs de l »Armée nationale tchadienne.

Dans le détail, les nouvelles ressources humaines seront essentiellement affectées à des missions administratives, techniques ou de coordination. Sans aller jusqu’à expliquer les raisons, ce nouveau recrutement, qui sera lancé dès le 1er janvier 2019, envisage d’enrôler, un effectif de 2 521 agents au ministère en charge de la Défense nationale et de 445 agents au ministère en charge de la Sécurité publique pour le compte de la Garde nationale.

Les nouvelles recrues viendront grossir les rangs d’une armée qui compte un peu plus de 30.000 hommes actifs, selon l’indice du Global Fire Power 2018 qui classe le Tchad au 94ème rang mondial. Alors que le pays fait face à une crise économique qui avait nécessité cette année, le rabotage de l’administration et des salaires des fonctionnaires, ce nouveau recrutement, même léger risque d’alourdir la masse salariale d’autant que l’armée aspire 4% du PIB.

Intensité opérationnelle contre le terrorisme, la rébellion et les trafics
Ce nouveau recrutement dans l’armée pourrait aussi trouver sa justification dans la volonté de l’Etat tchadien de renforcer l’intense activité opérationnelle. Les 135,5 millions de dollars octroyés par les Etats-Unis aux forces de sécurité nationales entre 2015 et 2017, les promesses de soutien de la France lors de la visite de Macron à Noël et même le rapprochement sécuritaire avec Israël entre dans cet objectif.

Active au Sahel et dans la lutte contre Boko Haram aux frontières Nigeria et du Cameroun, l’armée tchadienne est engagée sur tous les fronts. Sur le front intérieur, elle doit également se frotter à des rebelles tchadiens venus de Libye et des insurgés dans les régions de l’extrême-nord du Tchad, le Borkou-Ennedi-Tibesti, les fiefs de l’ethnie Toubou. Sans compter que les forces nationales tchadiennes doivent également faire face à des trafics en tout genre entre le Tchad, le Soudan, le Niger et la Libye


Commentaires sur facebook