Les Brèves de Ndjamena – Deby en villégiature

Deby était attendu à Faya au réveillon, pour la fête de l’armée, mais il a superbement snobé Faya, sa population et surtout l’armée nationale ; il a préféré sillonner sans gêne les puits ancestraux où ses parents continuent encore à abreuvoir leur bétail. Dieu sait combien des vieillards, des jeunes filles et garçons étaient et continuent encore à être victime de l’état piteux de ces cimetières à ciel ouvert.

Aucun geste de compassion à l’égard de ses parents qui vivent dans des conditions préhistoriques ; au contraire il a félicité la population d’être resté au temps paléontologique.

Depuis plus d’une année, la personne de Deby, son parti et son régime sont sérieusement malmenés par une violente campagne organisée par ses propres parents au moyen des réseaux sociaux ; Il a tout essayé pour contrecarrer cette campagne : achat des consciences, menaces et intimidations, arrestation, création des groupes pro régime, etc. Mais rien n’arrêta l’élan dévastateur de la compagne. La rupture apparemment définitive entre le BET, Wadi Fira et Deby, est consommée. Et puis sur le plan international, l’étoile du chamelier guerrier sans peur et sans reproche, commença à pâlir ; Alors Deby a pris la décision d’aller vers ses parents : Chegouya, Itou, Manda, sont visités, des CFA sont partagés aux femmes et aux personnes âgées ( on remarquera qu’il  a snobé Kéoura, le plus grand puits du coin, considéré comme le fief des opposants) ; A Manda, Le Sultan prendra possession des chameaux réunis par sa famille maternelle lors de son auto nomination en tant que Sultan et qu’il avait ostensiblement refusé de prendre possession, apparemment les temps sont devenus durs.

Le comportement de Deby en ce début de 2019, contraste fortement avec la situation générale du pays, fuyant ses responsabilités de président du Tchad, il se retrouve et se comporte en simple Chef de canton de Bilia. Cela pourrait -il sauver son régime ?

Correspondance particulière – Ndjamena


Commentaires sur facebook