Situation délirante des militaires tchadiens au Nigeria : une histoire abracadabrante !

On savait qu’aux premières heures de l’offensive de Boko Haram, les tchadiens ont été partout dans tous les pays limitrophes touchés par l’activisme de Boko Haram, mais l’opinion tchadienne ignore certainement que les tchadiens combattent toujours Boko Haram à l’intérieur du territoire nigérian dans des conditions inimaginables.

Dans un vocal qui circule sur le net, un soldat décrit soigneusement les conditions de vie des militaires tchadiens, ils seraient plus d’un millier à combattre Boko Haram, ne bénéficiant d’aucun appuie. L’aide du Nigeria et de la CBLT desquels théoriquement ils dépendent, est détournée intégralement à la source ; il leur manque donc du tout : vivres, tenues militaires, munitions, etc. Or l’aide nigériane est très conséquente en prime selon les barèmes suivants

– Soldat 20 000frs CFA/jour
– Véhicule de troupes : 50 000/jour
– Véhicules escadron 150 000/jour
Selon les soldats, cette somme qui pourrait atteindre 800 millions/mois CFA, est transférée dans des sacs en jute directement à la présidence du Tchad. Il ne leur reste que le prime de CBLt (50 000 CFA) et leur paie mensuelle tchadienne.

La question qu’on est en droit de se poser est dans quel cadre les tchadiens combattent Boko Haram sur le territoire nigérian sans bénéficier d’aucune bienveillance de la part du Nigeria, au contraire, selon l’homme nigérian de la rue, le Nigeria aurait acheté les services des tchadiens, les militaires nigérians interpellent ou hèlent leurs collègues tchadiens par des termes péjoratifs comme, « hey, exchanged » en d’autres termes les hommes échangés contre l’argent !

La CBLT gère-t-elle une force mixte différente de celle gérée par l’opération « Barkane  » et G5 ? Non, la force mixte n’existe plus depuis une dizaine d’années ; tout est concentré autour de la force G5 et ensuite l’opération Barkane.

Cette situation est franchement ahurissante du point de vue éthique même. Comment comprendre qu’un Chef d’État et ses plus hauts responsables de l’armée se permettent, en violation de toute la législation du pays, de louer leurs militaires au plus offrant, ou plutôt de vendre la chaire de leurs compatriotes au plus disant des clients au marché ?

Le Tchad au secours du Nigeria ? Non, c’est une mascarade pour deux raisons :

  1. Le Nigeria est un géant d’Afrique face au nain qui est l’état tchadien. Il a une production pétrolière de presque 2.5 millions de barils/ jours, 1er producteur africain, suivie d’une population de 191millions (2017) et une armée de 200 000 hommes (2016).
  2. La 2ème raison extremement importante est que la secte Boko Haram est gérée du bout en bout par les officiers supérieurs de l’armée nigériane, selon nos compatriotes sur le terrain.

Alors que fait le Tchad au Nigeria où on perd en moyenne plus de 10 jeunes par mois ?

MR Deby est un « argentophile » notoire de bas étage connu mais l’opinion tchadienne devrait se lever pour contrer cette hémorragie de la jeunesse.
Aux dernières nouvelles, on apprend que le contingent tchadien s’est mutiné.

Correspondance particulière
N’djaména – Tchad


Commentaires sur facebook

Laisser une réponse