Les vraies raisons du récent séjour de Deby au Lac

Le 26 juin 2020, Deby a fait un aller-retour au Lac ; officiellement il serait parti pour rehausser le moral des troupes et aussi identifier la place du monument dédié aux militaires tués par Boko Haram.

Selon des sources fiables, la réalité est tout autre. Il était parti en fait pour deux raisons principales:

– D’abord pour temporiser le climat de révolte au sein de la grande muette, lequel climat est créé par l’injustice flagrante observée dans la distribution des grades promis par Deby lors de son séjour dans le Lac. En effet, contrairement à la promesse faite la main sur le cœur, à l’apparition du décret, on s’est aperçu que seuls les membres du clan, leurs alliées et leurs acolytes y figuraient. Les heureux récipiendaires se trouveraient certains à Moundou, d’autres à Tiné, Amdjaress, etc, et le plus flagrant encore est que l’un d’eux se trouverait vers le Benin. Suivez bien le regard de l’autre ! Cette situation a provoqué une vraie colère au sein de toutes les unités qui ont commencé à quitter une à une leur position et s’apprêtaient à regagner la capitale avec armes et bagages . Deby, très conscient que cette fois-ci la situation ne sera pas comme celle qu’on avait vécue avec le contingent au Nigeria en 2019.
A cette époque le concours des partenaires nigérians a permis de juguler la révolte, présentement la situation est toute autre surtout après le passage de Boko Haram. il décide donc d’envoyer en urgence le Cemga convalescent sur le site pour calmer les esprits. Arrivé sur place le Cemga a trouvé une situation explosive, à la limite insurrectionnelle atteignant la lie des bluffs et des mensonges de Deby. Le Gl Cemga informe Deby que le mécontentement est très profond. Paniqué le (Gl) Deby débarque avec toute son administration et signe au visu tous les décrets sans aucun préalable ni conditions et promet une panoplie des promesses individuelles et collectives et rentre à N’Djamena, exténué mais content d’avoir éteint le feu pour le moment. Selon des sources fiables, le problème n’est pas pour autant terminé. Excédés par les perpétuelles promesses sans lendemain de Deby, les militaires refusent de porter les grades tant que la suite des promesses n’est pas honorée.

– C’est de l’euphémisme de dire que Deby est harcelé par ses débiteurs, c.-à-d. les gens chez qui il a pris de l’argent en échange de l’envoi des troupes tchadiennes. C’est le cas de la France pour l’envoi des militaires tchadiens aux trois frontières et aussi c’est le cas de l’Egypte pour l’envoi de 2000 militaires pour soutenir le général rebelle libyen Haftar. Or, tous les recrutés en catimini et loin des regards dans les Centres d’Instruction (CI) du Nord et du Nord-Est, ont été déployés dans le Lac pour combattre Boko Haram et les survivants auraient disparu dans la nature. Deby était donc parti pour constater de visu ce que lui répètent ses envoyés pour rassembler et envoyer : il manque d’effectifs pour envoyer hors du Tchad!

Deby enverra ? n’enverra pas ? Wait and see .

Correspondance particulière
N’Djaména – Tchad


Commentaires sur facebook