Les Brèves de N’djaména : Feu Alhadj Mehdi, ancien bienfaiteur de Deby, victime de Deby

Deby n’a ni respect ni reconnaissance pour personne. Les membres de sa cour ont souvent appris de sa propre bouche que feu Alhadj Mehdi lui a rendu d’énormes services quand il était élève sans tuteur à Faya et même plus tard, devenu fonctionnaire militaire sans travail. Devenu Président il a vite oublié le passé.

Feu Alhadj Mehdi possédait un grand immeuble à Bololo, Deby le connaît bien, pour l’avoir souvent fréquenté du vivant du vieux. L’immeuble est loué par une société pétrolière, TCL. Deby vient de faire main basse sur l’immeuble ; il a fait évacuer les locataires et y a installé cinquante familles des militaires. Alhadj Mehdi, est-il devenu opposant du fond de sa tombe ?

Mahamat Nour, plus fort que Deby ? Ou moins cruel ? Dans tous les cas, il vient de contrecarrer les décisions de son Chef. L’Immeuble du feu Alhadj Mehdi que Deby a occupé en y logeant une cinquantaine des familles militaires, a été de nouveau nettoyé ; cette fois ci par le Ministre de la Défense. En effet, Mahamat Nour vient d’envoyer des militaires pour évacuer les familles logées la veille par Deby. L’immeuble vide est gardé par des gendarmes.

Ahmat Bachir et la loi du Talion – Le Ministron de l’intérieur qui parle quand il veut et comme il veut, a failli avoir une petite balle de Kalach dans la tête à l’aéroport de Ndjamena, pour avoir traité publiquement Mahamat Nouri et Timan Erdimi de « voyous et délinquants ». Bachir était en train de prendre l’avion pour l’est où il devrait réconcilier les différentes communautés lorsque des vives altercations ont éclaté entre un poids lourd du régime et lui. Quelques participants à la scène ont évité de justesse une fusillade qui a failli suivre cette enguelade.

Pour lui tout le monde est rebelle, jusqu’au cabinet d’IDI excepté Hinda. Il n’ose pas ouvrir la bouche, de peur de dire une bêtise à l’endroit des rebelles et recevoir une réplique non souhaitée de l’assistance. Malgré l’escorte étoffée mise à sa disposition, il se sent complètement étourdi et étranger dans la région et apeuré. Peut être ceci explique sa malencontreuse sortie quand il a voulu expliquer sa façon de voir la paix s’instaurer dans la région : « Il faut répertorier toutes les personnes tuées de tous les cotés, et s’il n’y a pas une égalité, il faut l’établir en exécutant séance tenante les ressortissants de la partie où il y a eu moins de morts et c’est après cela qu’il faut parler de la paix». A vous de juger notre chargé de l’intérieur !

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook