Les Brèves de N’djaména : Entre la paix et la guerre, Deby choisit la seconde

IDI a évacué sans alibi toute sa délégation de négociation de Tripoli!! Que s’est-il passé au juste? Après tant des tergiversations, Deby s’est dévoilé devant l’opinion tant nationale qu’internationale son aversion pour la paix. Les médiateurs ont su intelligemment déjoué tous ses alibis, Deby a fini par dire « merde je ne veux pas de la paix« , en rappelant sans mot dire sa délégation!

En effet tout le monde se rappelle le dernier  point de blocage dans les négociations, à savoir le désarmement des rebelles et leur cantonnement dans des endroits choisis par la seule partie gouvernementale ; cette position avait énervé le mentor des rebelles- le Gvt soudanais- dont le chef- médiateur est rentré avec les 4 chefs des tendances en catastrophe à Khartoum dénonçant ainsi la mauvaise foi de Deby et la partialité des libyens.

Après avoir raté le 1er Septembre, le guide revient à la charge pour le 9 septembre en pressant les soudanais de revenir à des meilleurs sentiments, de ce fait, on propose aux rebelles de garder leurs positions actuelles c.-à-d. en territoire soudanais jusqu’à la fin des procédures de recensement; de dédommagements et d’intégration, le tout sera pris en charge par les Gvt soudanais et libyens, ce dont les rebelles acceptent à contre cœur!

IDI flaire un piège et contre toute attente rappela en urgence toute la délégation, mettant ainsi fin à tout espoir de la paix, au grand désespoir des tchadiens mais aussi des médiateurs libyen et soudanais.

Les libyens et les soudanais sont restés bouche bée, tandis que les rebelles jubilent en disant » voilà il ne nous restait que nos culottes à enlever, mais même celles-ci Deby les trouvent puantes. » En réalité Deby n’a jamais voulu faire la paix avec les rebelles. Comme il ne connait que le langage des armes, il va donc désormais s’adonner à ses loisirs favoris; tuer les innocents.


Joignant l’acte à la parole, Deby a convoqué ses chefs militaires en leur demandant de faire immédiatement mouvement vers l’est; ensuite en petit comité il a promis qu’il a suffisamment des moyens matériels et humains pour finir avec la rébellion dans les dix premiers jours du mois de ramadan, et qu’il va personnellement dirigé l’offensive, avec à l’appui, cet avertissement sec et sans appel « gare aux militaires qui n’auraient pas participé à cette offensive pour telle ou telle raison. Ils seront radiés à vie de l’armée et tout autre service public. »

Droit aux réparations – Une ONG tchadienne des droits de l’homme, l’Organisation Tchadienne des Droits de l’homme (OTDH), inconnue au Palmarès jusqu’à ce jour, est entrée, tel un moustique, dans les moustiquaires de Deby et de Kadhafi, les empêchant de dormir tranquillement sur leurs lauriers. Cette insolente ONG ne demande pas autre chose que des réparations. Quelles réparations ? la réponse de l’ONG : « le régime libyen a porté un préjudice humain, moral, matériel, sans précédent au Tchad et aux tchadiens pendant plus de 30 ans en l’occupant, en entretenant une guerre civile et en minant une partie importante du pays. Dans le BET miné par le régime libyen, aucun développement socio économique, touristique, n’est pratiquement possible ; pire, les mines tuent tout le jour. Et selon les dires des experts, il faut cinquante ans de travail continu pour déminer entièrement le BET. Le Tibesti, jadis jardin, d’Eden n’est accessible qu’en avion ; La guerre a fait reculer le Tchad de 40 ans en arrière, avec sa cohorte de destruction, des morts, des handicapés, des orphelins, des veuves, etc. Donc, il faut indemniser le Tchad et les tchadiens, victimes des dégâts de tout ordre de l’occupation libyenne». Bigre ! L’idée commence à frayer son chemin comme une trainée de poudre, les tchadiens commencent à bien prêter une oreille attentive aux bavardages de ces rigolos de l’OTDH. Les organisations internationales spécialisées dans la défense des droits des peuples spoliés lors d’une occupation, trouvent le dossier recevable ! Humm ! Alors, selon nos informations, les services des renseignements libyens prennent le sujet très au sérieux, s’énervent et s’agitent frénétiquement pour trouver les auteurs de cette plaisanterie ! Les libyens viennent d’avoir une longue séance de travail avec Deby à ce sujet. Deby a informé les libyens qu’il connaît bien les auteurs de ces démarches et qu’il s’agit des cadres du BET et il va les mettre hors d’état de nuire. Les libyens auraient reproché à Deby de ne pas prendre le problème au sérieux, malgré les différentes alertes lancées par leurs services des renseignements ; et contrairement aux affirmations de Deby, beaucoup des tchadiens seraient enclin à épouser les thèses de cette ONG. Les libyens auraient informé Deby que le puissant « Black Caucus américain, et des intellectuels d’un pays anglophone voisin, ainsi que ceux d’un autre pays de l’Afrique de l’ouest qui n’a jamais gobé IDI d’avoir chassé son hôte, seraient intéressés par le dossier. Deby a promis de s’en investir personnellement ».

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook