Les Brèves de N’djaména – Gouvernement d’YSA : constats et commentaires (1)

Premier constat : le gouvernement est 100% Deby, à part les quatre de l’opposition, c’est la reconduction pure et simple du gouvernement Kassiré ; le PM n’a pu placer aucun de ses partisans, ni les cadres sur place, ni ceux de l’opposition en exile. Moussa Faki avait fait mieux : il avait drainé dans son gouvernement tous ses copains brazzavillois, certains y sont encore. Pour YSA, c’est zéro pointé, ça donne déjà une idée sur sa marge de manœuvre : quasiment nulle.

Ce gouvernement est un mélange assez bizarre, on y trouve du tout : ceux qui ont vu naitre l’Etat tchadien, participé à sa construction et plus tard à sa destruction comme acteurs ou témoins ; ceux qui ont vu l’Etat se détruire et participé à sa destruction et enfin ceux qui sont nés et ont grandi dans un pays où l’Etat n’existe pratiquement pas. Il y a ceux qui veulent s’assurer d’un minimum pour le peu de temps qui leur reste à vivre et ceux qui sont au début de leur carrière et de leur avenir. Comment un tel mélange peut-il fonctionner ? Comment les uns et les autres vont-ils se comprendre, quand les uns parlent des NTIC, d’autres de Tombalbaye et de Lisette ?

Autre constat, les arabes bons teints ne sont toujours pas bienvenus dans l’harem de Deby. A part un Eldjineidi que Deby lui-même considère comme agent du Soudan et le traite en privé mais à haute voix de « djandjawids » et un Dahlob, Hawa Outmane et Moussa Djida, tous beaucoup plus « Sao » qu’arabes, point d’arabes !

Ceci étant dit, certaines entrées, sorties et affectations méritent quelques commentaires.

Gl Kamougué à la Défense. D’abord on se demande comment le Ministre et son SE peuvent-ils collaborer efficacement, quand on sait que le Ministre est parfait bilingue (arabe tchadien et français), tandis que son SE est un parfait analphabète bilingue, du moins oralement, Dr qu’il est (il ne parle ni l’arabe tchadien, ni le Français). Mais le Gl est assez sportif pour s’en sortir. On pense qu’il a conservé certaines locutions libyennes et de toutes les manières sous GUNT, il y a eu des traducteurs au Conseil des Ministres. Le plus intéressant sera le comportement du Gl Kamougué face à tous ces bergers, chômeurs, griots et autres bouffons qui sont devenus des généraux et tenez vous bien : de corps d’armée. Va-t-il se mettre au gardez vous devant eux, lui qui « n’est que » Gl de Division ? Va-t-il les appeler « mon Gl » ? Va-t-il contresigner d’autres promotions du même type qui attendent sur le bureau de Deby ? En tout cas le Gl est attendu, fermement. Moussa Faki aux AE. Moussa Faki l’ex PM a cherché avec obstination ce poste en faisant le tour de tous ceux qui peuvent influer sur la décision du Président et a fini par le décrocher. Pourquoi tant d’efforts pour un poste, somme toute, symbolique et sans réel pouvoir? Voudrait-il tout simplement améliorer son CV pour d’autres objectifs plus ambitieux ou pense-t-il faire mieux que ces prédécesseurs dans l’amélioration de l’image du Tchad et de son Président. On s’en doute mais accordons-lui le bénéfice de doute. Moussa Faki aura rendu un grand service au Tchad et aux tchadiens s’il arrive, pendant le laps de temps qu’il est aux AE, de rapatrier tous ceux qui ont été rappelés mais continuent d’occuper toujours leurs postes, faute des titres de transports, et acheminer tous ceux qui ont été affectés mais tournent encore à N’djamena, faute de ces mêmes titres. S’il arrive à mettre un peu de la justice dans le traitement des ambassades et surtout améliorer la situation matérielle de celles-ci. Faki peut faire cela, et d’ailleurs c’est tout ce qu’on lui demande. Il a des réelles capacités intellectuelles, une culture politique élevée et il est très proche de Deby. Ce sont des atouts indéniables. Raymond Naîmbaye à l’Agriculture : il avait déjà occupé ce poste en 1959, quand l’actuel PM avait à peine 5 ans ! Il aura l’occasion de mesurer le chemin parcouru et constater la situation désastreuse du département. Raymond retrouvera avec plaisir ces anciens collaborateurs, à l’exception des français. Selon nos informations, le nouveau patron a la ferme volonté de donner un coup de pousse à la politique agricole du pays, dans ses aspects matériels comme humains, càd la ramener au moins au niveau du moment où il l’avait quitté (à l’Indépendance!). Bon courage M. le Ministre.

Abbas et Kabadi – out, Mahamat Ali Abdallah – demi out, Younousmi- baisse de niveau, Nasser – retour, Mahamat Saleh Adoum au Cabinet, Mahamat Hissène aux Communications et le perroquet National , maintenu, etc. (suivre).

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook