Les Brèves de N’djaména: Has-been et Délinquants

Ce temps ci, au pays de Toumaî, rien ne se passe comme ailleurs. Prenez le Gouvernement de YSA, vous n’y trouverez pas un seul poste ministériel que lui aurait laissé son chef (l’omnipotent) pour qu’il y place au moins un des ses amis politiques ! Les douze derniers premiers ministres qu’a faits défiler IDI (ou user, comme il se plait à le dire) ont mieux fait que notre Youssouf national.

Supposons qu’il n’a pas d’amis politiques (singleton comme disait l’autre) ou que son maître lui aurait tout simplement administré un niet sec et brutal, comment s’expliquer que même la plupart de ses propres conseillers lui furent imposés, encore ce chef omnipotent. Pour les miettes qu’il lui a laissées, notre PM a fait appel à des has-been et/ou des délinquants.

Les has-been

En effet, notre Youssouf national est parti chercher des retraités, fatigués, usés par le poids de l’âge et fossilisés par le temps et le stress que subit tout tchadien qui a survécu à tous les malheurs et les accidents nombreux de notre dure, terrible et trouble existence.

Il a recruté ceux qui ont eu la chance d’avoir dépassé notre moyenne d’âge (il semblerait qu’elle était de 47 ans). Jugez-en vous-même, et j’énumère : Ramadan Barma, Issa Hassan Khayar, Amara Touré, Hassan Djangbei, Djibrail Mikail, Virgo Ngarbaroum, Amine Ben Barka, Hourmadji Moussa Doumngor, etc… Ces honorables sieurs du 3ème âge, des durs en somme, qui ont bravé la sélection naturelle, mais ont-ils encore des ressources et des jus pour réfléchir aux solutions de notre équation nationale dont les inconnues sont multiples ! Chaque matin que le bon Dieu fait, ils avalent des tonnes de médicaments pour soulager leurs multiples maux (diabète, cirrhose, arthrose, glaucome et que sais je encore !) pour passer la journée et attendre le lendemain incha-allah.

Les délinquants

Accordons à notre Youssouf national le droit d’aimer les vieilleries et les torchons usés (des goûts et des couleurs on ne discute point). Mais comment comprendre que parmi les nombreux jeunes cadres, qui ont collectionné les plus gros diplômes des plus grandes et célèbres universités et instituts d’Afrique, d’Europe et d’Amérique (Master, MBA, Ph. D, Doctorats, DEA, DESS) et qui font leur preuve dans notre administration et forcent notre admiration et fierté dans les grandes multinationales, les organismes régionaux, continentaux et internationaux, notre PM ait préféré des délinquants primaires ou récidivistes. Jugez -en vous-même :

  1. Mariam Attahir, championne toute catégorie en malversations et détournements dans les Ministères publics, Projets, CENI. Après ses sorties de prison, elle attend une bonne occasion d’un super meeting MPS pour y aller glorifier le Maître absolu, insulter ceux qui ne l’aiment pas et par miracle tous ses pêchés sont pardonnés, absouts et elle est de nouveau ressuscitée et propulsée ;
  2. Ali Abderhaman et le massacre de la Sonasut ! Souvenez vous c’est lui qui a introduit à la Présidence et signé l’ordre de mission du trafiquant de drogue, Aganaye, arrêté et incarcéré en Allemagne. C’est encore lui qui a bradé la BDT à la famille FOTSO, après avoir empoché un gros bakchich ; Il est venu au tribunal de N’djaména avec un coran pour prouver son innocence ;
  3. Ali Mahamt Zene Fadel, la Sotel ne s’est jamais remise depuis son passage à la tête de l’institution. C’est la seule et unique société de téléphonie au monde qui soit déficitaire ;
  4. Ahmat Mahamat Hassan, tous les magistrats et les greffiers de N’djaména se souviennent comment a-t-il siphonné les sommes saisies qu’il était sensé garder ;
  5. Gabdidé Passoré Ouadjiri, demandez de lui aux anciens de la Côte d’Ivoire ; dès que vous prononcez son nom ils attrapent la tête et vous tournent le talon ;
  6. Abdelhamid Mahamat Ali, la Direction des énergies et le Projet ne se sont jamais remis après son passage et son séjour en prison ;
  7. Youssouf Abbasallah ; il s’est fait une très bonne santé financière en bradant la liquidation et la privatisation des entreprises publiques, non sans oublier de toucher des grosses commissions ;

Je vous fais cadeau des petites affaires de Ahmat Mahamat Karambal et Younous Ibédou.

Certes ces petits délinquants n’ont pas fait de la fausse monnaie, de la drogue (excepté Ali Abderhaman), ils n’ont point tué leur semblable et ne sont pas des cleptomanes du Trésor public comme le Maître. Mais pour un cabinet de conseillers, on peut dire sans se tromper que notre Youssouf national a exagéré (excusez du peu).

Beremadji Félix,
N’djamena


Commentaires sur facebook