L’ONU contrainte de reporter une réunion sur la sécurité au Darfour – Afp

Les médiateurs de l’ONU ont dû reporter une réunion destinée à discuter de l’insécurité au Darfour parce que les deux principaux groupes rebelles de cette région de l’ouest du Soudan ont refusé d’y participer, a indiqué lundi l’émissaire de l’ONU pour le Darfour.

« Nous l’avions préparée de manière si concrète que nous avions un endroit et une date en Suisse, mais nous avons malheureusement été empêchés de commencer cette semaine comme prévu », a affirmé Jan Eliasson à la presse à Khartoum.


« Nous regrettons beaucoup cela, mais nous allons maintenant continuer les discussions avec les différents mouvements (…). La méthode que nous allons utiliser pour l’instant, ce seront des contacts bilatéraux » plutôt que la table ronde prévue, a-t-il ajouté.

M. Eliasson, qui a rencontré à Paris et Londres le leader du Mouvement de libération du Soudan et des commandants du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) –qui a lancé une attaque contre Khartoum le mois dernier– a affirmé qu’ils s’opposaient à la présence des autres rebelles.

Le processus de paix sous les auspices de l’ONU a calé lorsque des négociations en Libye en octobre dernier ont été boycottées par ces deux importantes factions rebelles.

M. Eliasson a déclaré que la situation au Darfour se détériorait, citant les tensions entre le Soudan et le Tchad, l’attaque du JEM et les récents combats entre l’armée soudanaise et les ex-rebelles sudistes à Abyei, une région pétrolifère stratégique.

« C’est une tendance très négative et je suis très inquiet (…). Depuis la fin de l’année dernière, les choses vont dans la mauvaise direction », a-t-il dit.

« S’il y a une escalade à ce stade et qu’au même moment la saison des pluies commence, nous pourrions entrer dans une situation catastrophique », a-t-il estimé.

M. Eliasson a indiqué qu’il entendait s’effacer une fois qu’un médiateur conjoint de l’Union africaine (UA) et de l’ONU serait nommé.

« Le secrétaire général (de l’ONU Ban Ki-moon), que j’ai rencontré à Stockholm il y a trois jours, m’a demandé de suivre la question en tant que consultant », a-t-il affirmé.

Le Darfour est ravagé depuis 2003 par un conflit qui a fait jusqu’à 300.000 selon l’ONU et plus de deux millions de déplacés. Khartoum parle de seulement 9.000 morts.


Commentaires sur facebook