Les Brèves de N’djaména : Mercenaires algériens ?

Ça résonne très mal aux oreilles, car l’Algérie ne rime pas avec mercenariat. Et pourtant c’est la réalité toute crue. L’Algérie a telle perdu ou vendu son âme à tel point de prêter des anciens pilotes de l’armée de l’air au dictateur tchadien pour tuer la population civile ? Les mercenaires originaires de l’Afrique du Sud et de l’Amérique du Sud, ont tous quitté le Tchad ; ils trouvaient en Deby un très mauvais employeur, mauvais payeur, tandis que lui, il les trouvait pas du tout efficaces.

C’était M. Younousmi qui était parti chercher les algériens ; les ADM, c’est sa spécialité. Le régime algérien qui a probablement eu peur de se voir reproché d’aider un régime qui s’en prend publiquement aux arabes et à la Ligue arabe, a préféré mettre à la disposition de Deby des retraités de l’armée de l’air qui signent un contrat individuel et privé : des mercenaires. Ce sont eux qui pilotent aujourd’hui les hélicos de Deby, font des sorties, traquent les rebelles, bombardent les villages, tuent les civiles. Ils ont le même statut que leurs prédécesseurs sud-africains et américains, payés par mois mais aussi par sortie et sur résultat, cash en dollars US. Voilà, c’est l’Algérie de Bouteflika, on est décidément loin de l’Algérie de Houari Boumediene. Il ne nous reste que nos yeux pour pleurer.

Les conseils du Gl Hissène Hamita à Deby – Le Gl Hissène Hamita est un ancien baroudeur de la scène rebelle du Tchad. Un des premiers à rejoindre la deuxième armée du Frolinat dans le Tibesti. Il a été depuis, de tous les combats et de toutes les aventures qu’a connues le pays. Au temps de CCFAN/UNIR, il a été tantôt chef de Deby, tantôt son subordonné. A la fuite de Habré, il a rejoint le MDD. A la défaite totale de ce mouvement, il a rallié Deby. Ce dernier l’a donc nommé à un petit poste mangeoire et l’a ignoré. A la rentrée des rebelles à N’djamena, il rallia naturellement Mahamat Nouri et regagna avec lui la base arrière. Aujourd’hui, il vient de rallier de nouveau Deby. Dès que Deby a appris l’arrivée de Hamita à N’djamena, il a envoyé le chercher immédiatement. Deby et Hamita se connaissent trop que bien, certes ils se détestent cordialement, mais une fois ensemble ils savent converser. Lire l’échange authentique ci-dessous.

Deby : Alors Berguedjé, comme ça tu pars, tu reviens, tu pars tu reviens, à ton âge quand est-ce que tu vas cesser d’être rebelle ? Je suis très content que tu sois revenu, comment vas-tu ?

Hamita : Merci Pressdent, je vais bien. Tu sais en février les rebelles avaient pris le pouvoir, toi, tu n’étais plus là, c’était fini pour toi, mais Allah et uniquement Allah n’a pas encore décidé le jour de ton départ. Si toi, tu n’es plus Pressdent, il faut que je me rapproche du nouveau, je suis trop vieux pour aller m’occuper de mes dates ou de mes chameaux, il faut que je sois à coté ou avec le Hakouma et puis j’ai vu que les « Bila » mijotaient quelque chose, je ne les déteste pas ceux-là !

Deby (après un grand éclat de rire) : Alors raconte comment sont tes amis rebelles et pourquoi tu es revenu ?

Hamita : Hé, Pressdent, je pensais que les rebelles ont déjà pris le pouvoir mais pas prêt à aller élire domicile dans les grottes ou sous les arbres.

Deby (encore un éclat de rire) : Donc tu penses qu’ils ne vont jamais prendre le pouvoir ?
Hamita : hé Pressdent, je n’ai pas dit ça. Détrompe-toi, ils vont prendre le pouvoir. Toi, tu es foutu, tu es dans ce palais, en train d’écouter les bouffons, les charlatans et autres griots. La réalité sur le terrain est très différente. D’abord ces gens-là sont très nombreux, quand il y a un rallié au gouvernement, il y a en même temps dix ralliés aux rebelles. Tu ne peux jamais les vaincre militairement, jamais ! C’est Berguedjé qui te dit aujourd’hui et retiens pour l’histoire. Ta seule chance, c’est qu’ils sont divisés. Si UFDD et RFC se réunissent, tu es parti ; si UFCD et RFC se réunissent, tu es parti aussi ; si UFDD, UFCD et UFDD/F se réunissent, tu vas encore partir plus vite.

Deby(le visage renfrogné) : Et Alors ?

Hamita : Mon seul et unique conseil est ceci : cesse d’acheter les armes, c’est inutile. Ils sont aussi armés que toi ; cesse de recruter les enfants, ce sont des anciens soldats qui sont passés par Gbadolité qui les rejoignent. Je dis et répète que tu ne peux pas les battre militairement. Va à Abéché, installe-toi là-bas ; prends tout l’argent du pétrole, prend tout le trésor du Tchad et achète les hommes. Donne le prix d’une Toyota aux soldats rebelles, celui d’un 106 aux sous officiers rebelles, celui d’un 23MM aux notables, celui d’BM21 aux officiers et celui d’un hélico aux généraux et à leurs dirigeants. C’est tout ! Plus de rebelle et tu seras en paix jusqu’à la prochaine rébellion, puisque avec toi, il faut toujours des rebelles quelque part ! (éclat de rire de l’assistance y compris Deby)

Deby : tu as raison, tu as vraiment raison.

Deby, dès qu’il a raccompagné son hôte, a immédiatement fait venir son chef de sécurité, le GL Tahir Erda, avec qui il s’est longuement enfermé. Plus tard on apprend que Tahir avec toute la GR a quitté pour Abéché.

Mahamat Ahmat
N’djaména


Commentaires sur facebook