Les Brèves de N’djaména : S’en prendre aux gens du BET est un sacrilège

Hawa Outmane Djamé en a appris à ses dépens. Au cours d’une réunion consacrée à la reprise de la banque Agricole soudanaise par le gouvernement tchadien, une vive altercation a eu lieu entre Younousmi et Hawa.

L’altercation s’est dégénérée en insultes et injures et Hawa qui n’a pas sa langue dans sa poche a profité de l’occasion, pour non seulement attaquer personnellement Younousmi, mais dire tout le mal qu’elle pense des gens du BET et selon l’assistance, Hawa a exprimé exactement, parfaitement et clairement ce que tous les tchadiens en pensent mais ne disent pas à haute voix. Elle a ainsi conclu son envolée anti BET par ces termes « Dites à votre Président de me renvoyer, si c’est pour ça ». Ces propos ne sont pas tombés dans les oreilles d’un sourd. Deby a immédiatement pris un décret mettant fin à ses fonctions de Ministre. Hawa a oublié qu’elle n’a pas le même poids qu’un certain Mahamat Nouri qui à son temps a copieusement et publiquement (lettre publiée par le journal gouvernemental « le Progrès ») lavé le PM d’antan, Nassour Ouaido, sans que Deby bronche.

L’envolée de Hawa et sa mise à l’écart prouvent à suffisance que le raz de bol chez les tchadiens est général, même au sein des membres du Gouvernement. Les tchadiens en ont marre du comportement de ces prédateurs du BET qui s’identifient aux régimes sanguinaires qui nous gouvernent depuis ¼ de siècle. A quand la révolte généralisée ? Espérons que ce sera pour bientôt.

Hinda en disgrâce ? Déjà le retour en force des Angnami et de Barka Issa n’inaugurait rien de bon pour la première Dame. Les spécialistes du Palais rose ont vu un signe. Depuis un temps, des bruits persistants selon lesquels rien ne va plus entre les époux Itno, circulaient en appui des informations les plus fantaisistes qu’on vous épargne. La première dame vient d’arriver à Paris, accompagnée comme d’habitude d’une cohorte des zoulous. Au lieu de loger dans l’appartement présidentiel, Hinda loge dans l’appartement de la Cotontchad, vide depuis le rappel de son occupant et remis en état avec beaucoup d’efforts et de peine par le personnel de l’Ambassade dirigé personnellement par l’Ambassadeur. Hinda à la case de la Cotontchad ? Un signe qui ne trompe pas.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook