Les Brèves de N’djaména: Avertissement sec français à Deby ?

Deby semblait avoir laissé le reste du pays à la merci du non Etat, des rebelles et des brigands. Il semblait concentrer désormais ses efforts pour la protection de N’djamena et surtout du Palais rose. Or ces derniers temps, Deby a changé de stratégie : renforcement massif en hommes et en matériels toutes les zones opérationnelles, N’djamena est dégarni au profit de ces zones ; toutes les garnisons abandonnées sont de nouveau occupées, etc.

Deby lui-même aurait exprimé le besoin d’aller passer la saison des pluies à l’Est. Selon nos infos, le changement de stratégie est intervenu à la suite d’un avertissement sec français en accord avec l’EU à Deby: « plus jamais des combats à N’djamena, tu n’as qu’à contenir tes rebelles vers chez toi là-bas, on ne veut plus être inquiétés, ni dérangés, ni pillés, ni obligés d’évacuer et moins encore obligés de te protéger ; si jamais les rebelles dépassent encore la ligne de Ngoura, il n’y aura pas des coups de semonce et cette fois-ci et tu vas te débrouiller tout seul». Message reçu 5/5.

La difficile mission de Nasser – Trouver de l’argent frais en harcelant le Consortium ou en spéculant sur les permis pétroliers avec des intermédiaires douteux, telle est la mission de Nasser dans le Gouvernement de YSA. Il a ainsi demandé au Consortium de ne plus libeller les chèques au nom du trésor mais au nom du Ministère du Pétrole ; le Consortium a rétorqué qu’il faut modifier, dans ce cas les textes. Ceci sera fait très bientôt, semble-t-il. On se rappelle qu’en fin mars, le Ministre du pétrole d’antan, sous l’injonction de Deby a tenté vainement de récupérer directement le chèque de 372 millions de dollars représentant l’IS de l’année écoulée. Quand la tentative a échoué, Deby a tout simplement demandé à la Beac de lui filer l’équivalent en espèce, en attendant que le cheque en question fasse les circuits nécessaires et atterrisse au trésor via la Beac. Ce qui fut fait. Très conscient de la mission confiée par son chef, Nasser, tel un chien suivant un lapin, est à la recherche constante de l’argent. Il suggéra aux agents des impôts et ceux des douanes de fouiller dans les textes de la Convention et lui trouver des brèches. C’est ainsi que le tout nouveau DG des douanes, ex inspecteur sur le FSO à Kribi, informa Nasser que, quand il était agent au FSO et collaborait avec les douaniers camerounais, il a entendu parler d’une taxe statistique à l’exportation et que le pétrole étant un produit tchadien exporté, l’exportateur doit payer une taxe. Quel bonheur ! Le Ministre lui suggéra de faire une fiche immédiatement à l’attention du Chef de l’Etat. Ce dernier, rayonnant de bonheur exhiba la fiche devant un Nasser semblant ignorer tout et lui dit : ce jeune homme, on a beaucoup dit sur sa nomination, même des choses très dégueulasses (sic !), et voilà le résultat ! Allez, le reste, c’est ton boulot et vite ! Nasser convoqua le Consortium et le somma de payer immédiatement la taxe statistique à l’exportation qui se chiffre à plusieurs dizaines de milliards de CFA. Le Consortium rétorqua qu’il n’est nulle part question d’une taxe statistique à l’exportation dans la Convention ; par contre le Consortium s’acquitte régulièrement de la taxe statistique à l’importation. Depuis, Nasser et le Consortium se regardent en chien de faïence sous la cadence des appels téléphoniques continus de Deby.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook