Tchad: peu de combats dimanche entre rebelles et armée – Afp

Peu de combats se sont produits dimanche entre la rébellion tchadienne et l’armée régulière dans l’est du Tchad au lendemain de la prise, pendant quelques heures, de la localité de Goz Beida par les rebelles, a-t-on appris de sources concordantes.

« Il n’y a pas eu d’événenement majeur. L’état-major ne me signale pas de gros combat« , a affirmé le général Mahamat Nouri, chef de l’Alliance Nationale regroupant la plupart des groupes rebelles et qui avaient mené l’offensive sur N’Djamena en février.

« On bouge beaucoup. Nous sommes toujours en mouvement. Nous nous sommes dispersés en plusieurs groupes mais nous sommes toujours dans le Ouaddai » (est), a ajouté le général joint depuis Libreville par téléphone, soulignant qu’il était possible qu’il y ait des accrochages.

« L’objectif reste N’Djamena« , a-t-il affirmé sans vouloir donner d’indication de temps.

Egalement joint par téléphone depuis Libreville, le porte-parole de l’Alliance Nationale Ali Gueddei, qui se trouvait dans un autre secteur, a affirmé que « la situation (était) calme« , dénonçant toutefois des « bombardements des hélicoptères » de l’armée tchadienne qui auraient « atteint des populations civiles« .

Un autre porte-parole de la rébellion, Abderaman Koulamallah, a indiqué que la rébellion occupait toujours le secteur de Goz Beida. « Nous sommes en train de faire des embuscades à l’armée« , a-t-il indiqué.

« Un groupe de rebelles a franchi la frontière pour aller au Soudan, tandis que d’autres circulent le long de cette frontière, en territoire tchadien« , a précisé une source militaire tchadienne à N’Djamena, ajoutant qu’il n’y avait pas de combats dimanche matin.

Cette source n’a pas donné d’estimation du nombre de véhicules qui étaient utilisés par les rebelles dans ces diverses opérations.

La rébellion tchadienne, qui affirme se diriger sur N’Djamena, a brièvement occupé samedi la ville de Goz Beida, située à 75 km de la frontière soudanaise et entourée de camps de réfugiés.

Le gouvernement tchadien a de son côté expliqué qu’une « colonne de mercenaires à la solde du Soudan avait opéré un coup de main avant de s’enfuir vers l’est où ils sont poursuivis par les forces de défense et de sécurité« .

Le passage des rebelles à Goz Beida a donné lieu à « beaucoup de pillages« , ont indiqué des sources tchadiennes à N’Djamena, en particulier chez des organisations non gouvernementales (ONG) allemande et italienne.



Commentaires sur facebook