Quand Bozizé rencontre la communauté tchadienne de Bangui – CAP

Pendant environ quarante minutes, François Bozizé a rencontré vendredi 14 septembre 2007 presque toute la communauté tchadienne de Bangui dans la salle de réunion du palais de la Renaissance, en présence du ministre de l’intérieur le général de brigade Raymond Ndougou, des directeurs généraux de la gendarmerie, de la police et autres responsables des services de sécurité ainsi que diplomates de l’ambassade du Tchad en Centrafrique.

Cette rencontre a eu lieu suite à l’assassinat dans la région de Kabo il y a quelques semaines de quatre éleveurs tchadiens par un élément de la garde présidentielle, situation qui a généré un certain froid dans les relations centrafricano-tchadiennes. L’ambassadeur centrafricain à Ndjaména, Lazare Yagao-Ngama a même été convoqué au ministère tchadien des affaires étrangères pour entendre les protestations officielles du gouvernement tchadien. De même, les commerçants tchadiens du km 5 à Bangui ont fermé leurs boutiques plusieurs jours durant afin de protester contre la mort de leurs compatriotes éleveurs.

Tout en avouant que la gestion des questions de sécurité entre les états était extrêmement difficile, Bozizé a dénoncé l’attitude de certains membres de la communauté tchadienne qui consiste à adresser des fiches d’informations mensongères à Ndjaména. Il a déclaré aussi en substance aux Tchadiens que les Centrafricains commençaient à en avoir assez de la fermeture systématique de leurs boutiques du Km 5 dès le moindre incident. Il les a également informés que l’auteur du quadruple crime ayant été abattu par ses propres frères d’armes sur place à Kabo il y avait lieu de considérer l’incident comme clos.

Lorsqu’il donna la parole aux participants à la réunion pour une éventuelle réaction à ses propos, ceux-ci déclarèrent qu’ils n’avaient rien à lui dire et la séance fut levée.


Commentaires sur facebook