Darfour: réunion de concertation des rebelles soudanais à N’Djamena – Afp

Des groupes rebelles soudanais du Darfour se sont réunis mercredi à N’Djamena pour se concerter afin de « parler d’une seule voix » lors de la reprise des négociations de paix avec le gouvernement de Khartoum, le 27 octobre en Libye.

Selon les hôtes tchadiens de cette rencontre, cinq factions rebelles étaient présentes à N’Djamena. Il s’agit des mouvements non signataires de l’accord de paix conclu en mai 2006 à Abuja (Nigeria) entre le gouvernement soudanais et un seul groupe rebelle.

Une figure clé de la rébellion, Abdel Wahid Mohammed Nour, n’a toutefois pas envoyé de représentant.

« Cette réunion de concertation (…) a pour objectif d’amener les rebelles soudanais non signataires de l’accord d’Abuja à harmoniser leurs points de vue et à parler d’une seule voix à la prochaine réunion de Tripoli« , a déclaré à l’AFP un membre de la médiation tchadienne qui a requis l’anonymat.

« Vous devrez tout faire pour vous entendre avant d’aller à Tripoli« , a lancé pour sa part aux rebelles un émissaire de l’Union africaine (UA), Boubou Niang, à l’ouverture des travaux.

« Faites tout pour avoir une plateforme commune, afin de faire la paix des braves« , a-t-il ajouté. « La communauté internationale attend beaucoup de vous, et vous ne devrez pas décevoir cette attente« .

Les rebelles ont refusé de s’adresser à la presse pour l’instant.

La guerre civile au Darfour, dans l’ouest du Soudan, a fait quelque 200.000 morts et plus de 2,1 millions de déplacés depuis son début en février 2003, selon des estimations de l’ONU contestées par Khartoum.

Début août, lors d’une précédente réunion en Tanzanie, huit factions rebelles du Darfour s’étaient entendues sur une « plateforme » commune de revendications en vue de pourparlers de paix avec le gouvernement soudanais.

La réunion d’Arusha, sous l’égide de l’UA et des Nations unies, était ouverte à tous les groupes rebelles du Darfour, et était la première à rassembler autant de factions.

Abdel Wahid Mohammed Nour, qui vit en exil en France, avait toutefois déjà boycotté cette rencontre.

Les négociations de paix intersoudanaises doivent reprendre le 27 octobre en Libye, mais tous les groupes rebelles n’ont pas encore confirmé leur participation.


Commentaires sur facebook