Les Brèves de Ndjamena : Daoussa Deby contre Acheikh Ibni Oumar

En Direct de Tripoli – Le vendredi 22 juin 2007 est un dimanche chez les pays arabes, donc chômé ; la délégation gouvernementale et celle des rebelles se reposent, par contre les Chefs rebelles n’ont pas chômé ; ils ont rencontré beaucoup du monde, surtout les proches du Guide, aussi bien ceux qui sont foncièrement contre les rebelles, que ceux qui détestent Deby.

Les vraies discussions vont reprendre le samedi avec une grande inconnue : les rebelles ont posé comme préalable, la présence de l’UA, CenSad, de la CPDC – FRAF, de la LTDH et de l’UST. Apparemment le Guide ne voit aucun inconvénient, par contre Deby…

Connaissant les habitudes du pouvoir de N’djamena, les rebelles se sont demandés pourquoi Daoussa Deby ne fait pas partie de la Délégation gouvernementale. Des sources confidentielles, on apprend que les soudanais ont demandé discrètement au Guide l’élimination de Daoussa de la délégation gouvernementale. En effet le Soudan tient DD pour premier responsable de la tragédie de Darfour et de la détérioration des relations entre le Tchad et le Soudan ; en plus il semble que les soudanais ont fait comprendre au Guide, que les négociations inter tchadiennes n’aboutiront nulle part si DD est présent, car, selon toujours les soudanais, pour Daoussa, le pouvoir de Ndjamena est une propriété privée des Itno, un point et c’est tout. Alors le Guide a fait passer le message et Deby a obtempéré. Quand le cas de DD fut réglé, c’est autour du Guide de poser une condition : Pas d’Acheikh Ibni Oumar en Libye. Le Soudan a dit OK. Daoussa contre Acheikh. Quand Daoussa a appris cela, il a rouspété : « mais je suis devenu vraiment moins cher ! On me met sur la même balance avec un délinquant qui, à 60 ans, n’a ni maison, ni famille, ni diplôme et de surcroit eternel sdf !!»

Dans les mêmes coulisses, on apprend que les soudanais ont fait comprendre au Guide que Daoussa est le principal obstacle pour tout ce qui concerne les relations entre le Tchad et le Soudan et la paix entre les tchadiens eux-mêmes. Alors le Guide a dit à Deby, « envoie-moi Daoussa comme Ambassadeur », Deby, qui commence à voir avec circonspection les activités débordantes de son frère, a immédiatement accepté. Mais l’intéressé lui-même a très mal pris l’information, et depuis, la famille est en train de le supplier pour qu’il accepte le poste, naturellement pour le bien de celle-ci. In fine, Daoussa sera le prochain Ambassadeur du Tchad à Tripoli, telle est la volonté du Guide.

Les pérégrinations de Deby au sud du pays – « Je n’ai jamais vu un meilleur comédien que le Président Deby. J’ai plus de trente ans de vie au Tchad, et le pays n’a jamais atteint un tel niveau de déliquescence et le Président lui-même n’a jamais été aussi stressé, mais il montre un visage serein et organise des cérémonies de réjouissances à l’attention de l’opinion ; or personne n’est dupe et surtout pas les tchadiens, il cherche certainement à tromper sa propre personne. » Dixit un expatrié résidant à Ndjamena. Ces observations d’un averti, corrobore bien avec les actes et paroles de Deby en villégiature au sud du pays.

Moundou – Le Président a inauguré le début des travaux de bitumage de la route Moundou Doba Koumra. En pleine saison des pluies. Incohérence debyenne. Ensuite le président s’est donné à son jeu favori. Comme annoncé dans les Breves de N’djaména du 22.06.07, il a renvoyé à tout vent tout le monde. Première victime, la Cotontchad. Plus d’une cinquantaine des cadres et autres agents ont été renvoyés ; oui renvoyés carrément de la Cotontchad pas seulement de leur poste de responsabilité mais de la Cotontchad. Bigre ! Mais le code de travail dans tout ça? Plus de quatre chefs d’usines ont été également demis de leur poste. Tous les responsables des services des renseignements, out ! Deux délégués départementaux, out ! Il a été demandé à deux préfets d’aller l’attendre à Ndjamena. Bref, le Président a créé un tel désordre que le Gouverneur aura du mal à mettre son monde au travail, surtout à la Cotontchad, après le départ du Président.

Qui a dit que le seul plaisir de Deby, c’est faire souffrir, humilier, etc., il en jouit semble t-il !

Doba – L’atmosphère est beaucoup plus détendue qu’à Moundou, car Deby aime Doba. Dès son arrivée il a mis fin aux fonctions du Comité de gestion des 5% des revenus pétroliers, laissant ainsi une structure qui a fonctionné depuis 4 ans sans direction. Tout ce qui est fait dans le cadre des 5%, est bloqué jusqu’à nouvel ordre. Puis il a inauguré un lycée et un marché, tous construits grâce aux 5%. Ensuite il a renvoyé une dizaine d’agents de la Cotontchad, y compris le chef d’usine, il a demandé au Gouverneur et au maire d’aller l’attendre à Ndjamena. Il a fini la journée par une visite de courtoisie à l’EX PM, feu Pascal Yoadimnadji, dont Deby est pour quelque chose dans son départ précipité pour l’au-delà. La soirée a été animée par plusieurs groupes choc ; le Chef a dansé, dansé et dansé et partagé de l’argent, beaucoup d’argent, apparemment très en forme, détendu et sans soucis. Merci Doba pour ton Pétrole, semble dire Deby à chaque fois qu’il acquiesce un pas de danse. Les Préfets de Monts de Lam et de la Pendé, accourus pour rendre compte au Chef de leurs difficultés de faire face aux refugiés centrafricains et tchadiens et surtout aux harcèlements des rebelles, ont été carrément éconduits. « Ce sont des baratins, ils veulent me soutirer de l’argent, est-ce qu’il y a encore des rebelles au Tchad », a rétorqué le chef au protocole qui signalait leur présence.

Dernière nouvelle – Le Ministron des finances aurait eu l’imprudence de déclarer à la face du monde que son oncle de Président a déjà dilapidé les 230 milliards d’excédents budgétaires. Cette déclaration a fait sauter Hinda de joie à Doba. Elle était tellement contente qu’elle a fait le tour de piste avec tous les groupes chocs. C’est une façon de saboter les efforts de mon mari, dire une telle ânerie aux bailleurs de fonds, il doit me payer ça ! Paroles de Hinda. Abbas Tolli doit rapidement rejoindre son oncle à Hadjer Marfaîne avant le retour de Hinda à N’djamena.

Koumra – A suivre

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook