Paris salue l’engagement du Sénégal à juger Hissène Habré – pana

La France a salué vendredi l’engagement du Sénégal à juger sur son sol Hissène Habré, ancien président tchadien accusé de crimes contre l’humanité, tout en estimant que c’est un signal fort pour la lutte contre l’impunité en Afrique et au-délà.

« Comme l’Union Africaine et de nombreuses ONG, nous attachons une grande importance à la tenue du procès d’Hissène Habré. Ce procès, dont l’organisation représente un défi tant sur le plan juridique que matériel, doit se tenir dans de bonnes conditions », a indiqué le Quai d’Orsay dans un communiqué.

La France, qui se félicite de l’adoption d’un amendement à la Constitution et de la nomination des juges qui va permettre à la justice sénégalaise de faire son travail, s’est engagée aux côtés de l’Union européenne à soutenir les autorités sénégalaises dans l’organisation du procès.

L’Union européenne a, en effet, mandaté une mission d’experts européens à Dakar en janvier 2008, afin d’examiner les différents aspects du déroulement du procès, en particulier sur les plans juridique et financier.

Hissène Habré, président du Tchad de 1982 à 1990 avant d’être remplacé par l’actuel chef de l’Etat Idriss Déby Itno, à la faveur d’un coup d’Etat, s’est exilé à Dakar depuis son renversement.

Habré est accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture en Belgique, sur la base de plainte de victimes d’origine tchadienne soutenues par de nombreuses organisations de défense des droits de l’Homme.

Une commission d’enquête, mise en place par le régime du président Déby quelques mois après son accession à la tête du pays, a conclu à la disparition de 40.000 personnes torturées, exécutées, mortes ou disparues dans les geôles de la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), la police politique de Habré.


Commentaires sur facebook