Les Brèves de N’djamena : Abderahim Bahar Itno, nouveau CEMGA

On s’attendait à un chamboulement au niveau de la hiérarchie militaire, mais ce n’était pas le schéma arrêté par la famille Itno, Deby l’a plutôt surprise pour une fois encore. L’animosité des militaires Itno vis-à-vis du Gl Tahir Erda, l’homme de confiance de Deby, mais n’appartenant pas à la famille Itno, est devenue intenable, surtout au moment où tout le monde s’attendait à une reprise des hostilités.

La famille Itno ne tolère pas que des « étrangers » aient la confiance du Président. Tel est le cas de Younousmi et de Tahir Erda. Pour calmer les jeux, la famille a concocté le schéma suivant : Tahir Erda à la place d’Abderahim Bahar, càd CEMAG 1er adjoint, un poste sans grande importance et sans pouvoir de décision, Abderahim Bahar sera nommé à l’ANS à la place de Chaibo qui sera envoyé aux carreaux et Ousmane Bahar Itno, à la Place de Tahir Erda, Com GR, le poste le plus important de l’armée à l’heure actuelle. Mais Deby en a décidé autrement : il a propulsé Abderahim Bahar à la tête de l’armée, le reste sans changement : Tahir garde le poste très stratégique et envié de Com GR et Chaibo l’ANS, au grand dam des Itno.

Les relations entre Abderahim et son oncle de Président ont été toujours tumultueuses, teintées de méfiance mutuelle. Abderahim est un rebelle acharné s’il n’est pas à un poste de responsabilité et est le plus zélé s’il en a un. Il est de notoriété au sein du clan qu’il a été le cerveau d’un groupe important ayant rejoint plus tard le RaFD, actuel RFC. Deby poursuit deux objectifs en propulsant Abderahim à la tête de l’armée. D’une part il essaie de calmer la famille : « voilà, Abderahim est à la tête de toute l’armée du Tchad » et par la même occasion garde Tahir Erda à la tête de la GR. D’autre part, Abderahim à la tête de l’armée doit montrer qu’il est bien à la hauteur, donc doit mobiliser les troupes et être en première ligne pour défaire les rebelles. S’il se fait tuer, tant mieux (pour Deby bien sûr), s’il échoue, alors il sera viré pour incompétence notoire et la famille n’aura rien à dire. Mais que pense l’intéressé lui-même, selon ceux qui le connaissent, il n’est pas né de la dernière pluie. Au-delà des scènes de ménages internes à la famille, c’est l’accaparation totale et complète de l’Etat dans tous ses aspects et structures par une seule famille qui se réaffirme et se confirme, sous le regard impuissant des tchadiens.

Beremadji Félix
N’djamena


Commentaires sur facebook