Les Brèves de N’djaména : Esso Tchad, la reculade de Deby

D’une manière incohérente et même illégale, le gouvernement avait engagé un bras de fer avec le consortium pour lui soutirer des sous. Ce dernier, fort de son bon droit, a résisté. Le bouffon Nasser, confondant personnes et institution, avait suggéré qu’on renvoie du Tchad deux expatriés qui défendaient ce dossier au nom du Consortium. Les deux expatriés ont été déclarés persona non grata et expulsés sous 24h.

Malgré l’absence de ces deux, la position du consortium n’a pas varié d’un iota. Au contraire, il a durci sa position, a protesté de la manière la plus énergique de la façon dont les deux expatriés ont été expulsés du Tchad. La position du consortium a été appuyée par une protestation de l’Ambassade de France à N’djamena ; en effet les deux expatriés sont de nationalité française. Confus et honteux, Nasser et son Chef ont reculé la queue entre les pattes. Les deux expatriés viennent de reprendre leur poste à N’djamena tout bonnement.

Le Souk de Djirdjira (suite) – Comme on l’a déjà annoncé, le soudanais ont installé un souk à Djirdjira, une bourgade à cheval entre le Tchad et le Soudan, dans le but d’exfiltrer les éléments du MJE. Apparemment, les éléments du MJE ne sont pas les seuls à se précipiter à Djirdjira ; c’est pratiquement toute la population de la région qui s’y précipite. Les Toyota détournées de l’armée, ou reformées frauduleusement et précocement, remises aux couleurs du MJE, sont bradées à Djirdjira. Pire, dernièrement, ce sont les éléments de la garnison de Guéréda qui ont fait le déplacement avec des … « RAM », ces véhicules israéliens blindés dont l’armée possède une vingtaine. Les soudanais ont refusé d’en acheter. Dans le milieu de l’armée, la crainte de voir les militaires des garnisons de l’est, fuir avec les vehicules et les brader au Soudan, est très grande.

Beremadji Félix
N’djamena


Commentaires sur facebook