Les Brèves de N’djaména : Le griotisme de Moussa Faki

Lors de la rencontre entre Deby et une partie de la communauté tchadienne Québec City, Moussa Faki a fait une de ces sorties dont les meilleurs griots de l’Afrique de l’Ouest n’en seront pas capables. En effet le M. a fait des éloges de son Patron d’une telle bassesse que selon les dires de certains participants, même feu, le griot officiel de l’ancien président Tombalbaye, n’aurait pas osé en son temps.

Le gène et la stupéfaction se lisaient sur les visages des participants. Mais qu’est ce qu’a poussé Moussa Faki à se rabaisser publiquement jusqu’à ce point? Le besoin de conserver son poste actuel, ou gravir un échelon supplémentaire pour le poste de PM dont il fait beaucoup de lobbying auprès de la famille et bouffons de Deby, lequel lobbying est souvent suivi des propos et anecdotes diffamatoires à l’endroit de l’actuel titulaire. Dans tous les cas, Deby est très sensible à ces genres de comportement, surtout si c’est fait ou dit publiquement, alors ne soyons pas surpris si demain Moussa Faki est hissé à la place d’YSA.

Deby, je ne fuirai jamais ! Lors de la même rencontre, Deby, après ses habituelles péroraisons sur les mercenaires, le Soudan, etc., a conclu en martelant « qu’il ne fuira jamais, qu’il ne sortira pas de N’djaména, jamais en exile et qu’il mourra au pouvoir, etc. » D’abord une petite correction de locution : Deby aurait pu dire « je ne fuirai plus », au lieu de « jamais » ; ceci dit, mais pourquoi Deby a-t-il besoin de dire tout cela ? Mais qui a parlé de fuir, de s’exiler, de mourir, etc., au Canada ? La vie quotidienne de Deby devrait être très traumatisante pour l’intéressé, malgré les apparences, jusqu’aux hallucinations, jusqu’au besoin de se défouler devant n’importe quel interlocuteur !

A propos d’YSA – les derniers propos tenus par Deby devant sa garde rapprochée en disent long sur les relations entre les deux hommes et surtout la « confiance » qui règne entre les deux hommes. A ceux qui se sont précipités chez lui pour annoncer le départ en rébellion des chefs des cantons du Ouaddaï, Deby a eu cette réplique « ah bon, je croyais que vous allez me dire que ce sont le Sultan et le PM qui ont regagné la rébellion des ouaddaiens ». Après une campagne anti arabe, Deby se lancera t il dans une campagne anti Ouaddaïen, dont il n’a jamais porté dans son cœur. Déjà Ahmat Bachir et d’autres perroquets sont en train de concocter une stratégie de calomnies et des fausses rumeurs sur l’UFCD, dont le point fort sera « l’UFCD est piloté et financé par le Dr Tourabi » qui serait tout d’un coup devenu originaire de la région d’Abéché, de chokoyan ! On aura tout vu et entendu avec les Bachir et autres.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook