Les Brèves de N’djaména : MJE, perspectives sombres

Déjà saigné à blanc par les nombreuses défections, le Chef du MJE a eu la mauvaise idée de prendre fait et cause pour Timan Deby dans le conflit qui oppose celui-ci à la population locale, jusqu’à mettre à la disposition de ce dernier une colonne de 20 véhicules lourdement armés, pour le protéger des éventuels attaques armées. Du coup, tous les mercenaires originaires de l’Ennedi ont fait défection.

Son Chef d’Etat Major, Abdelkerim Tcholley a quitté avec tous ses éléments en direction de Mourdi, tandis que Timan Dillo est revenu à Tiné accompagné, avec une quinzaine de vehicules. Tout ce monde aurait décliné poliment l’offre d’intermédiaire de Deby, qui a personnellement téléphoné à chacun d’eux. Aujourd’hui, le Chef du MJE est très isolé et contesté dans son propre camp. Pratiquement tous ses éléments zaghawa l’ont quitté. Il séquestre pratiquement tous les autres éléments, non zaghawa, dans les grottes du massif d’Amdjeress, environnement inconnu pour les intéressés, de peur qu’une fois au Soudan, ils s’éparpillent. Ce qui fait que malgré les fortes pressions de Deby, l’engageant à frapper un grand coup quelque part, le Chef du MJE refuse de mettre pieds au Soudan, en attendant que l’armée tchadienne fasse pour lui.

Timan Deby, de plus en plus contesté – On se rappelle qu’il y a de cela quelques mois, Deby avait osé tester le pouvoir de son frère en lançant à ses trousses quelques généraux en oisiveté. La réponse de Timan fut brève mais très significative : « si mon décret tombe, le tien suivra dans les 24h » ! Sans commentaires. Evidemment Deby avait reculé et dit « repos » au fameux général mis au devant de la scène locale. Aujourd’hui c’est un autre militaire qui prend le flambeau de la contestation. Il n’est pas n’importe qui puisqu’il s’appelle Hassane Sendel Mahamat Itno. Turbulent, téméraire, Hassan « Tamtam» a été de tous les temps le contestataire de la famille et le seul de cette même famille à reprouver à haute voie le comportement public et privé de son oncle de Président. C’est pourquoi, Deby l’a toujours éloigné de lui, marginalisé. Dans la famille Itno, « Tamtam» a été souvent le dernier promu militairement ou nommé à un poste de responsabilité. Avec l’éclatement de la rébellion de l’Est, «Tamtam» a pris carrément ses distances avec son oncle en refusant d’aller combattre. Ce dernier l’a par conséquent demis de son poste de Com région adjoint du Ouaddaï et depuis Hassan est derrière ses chameaux. Pour combattre Timan Deby, ce ne sont pas des partisans qui en manquent localement. Hassan Tamtam est appuyé directement ou indirectement par la quasi majorité de la population locale. Dans cette contrée où Deby a durablement mis en mal les relations familiales, on attend de voir jusqu’à où ira cette nième rébellion contre les Itno.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook