Les Brèves de N’djaména – Darfour : Kadhafi et Deby ne sont pas sur la même longueur d’onde

Deby, à force de vouloir instrumentaliser la rébellion soudanaise, est en train de perdre une à une ses cartes. Le MLS, le plus important des groupes rebelles, a complètement tourné le dos à Deby. Il a pris ses clics et clacs, quitté le Tchad et s’est installé en profondeur dans le Darfour où il affronte l’armée soudanaise.

Le MJE, le moins important mais le plus communicatif, commence à s’effriter malgré l’appui matériel et moral ferme de Deby : scissions et défections. C’est le résultat de sa subordination totale et complète à Deby. Pendant que Deby appuyait le MJE, son mentor Kadhafi semble avoir choisi d’apporter son soutien à l’aile dissidente du MJE dirigée par l’ancien lieutenant de Dr Khalil, Bahar Aboukarda. En effet, avec l’appui du guide libyen, le mouvement de Bahar Aboukarda s’est solidement installé dans le Darfour, recrutant tous les mécontents des autres groupes, particulièrement ceux du MJE et de Minni Arkou. Le nouveau mouvement reçoit du tout de la Libye : les tenues militaires, le carburant et autres besoins. La Libye ne livre pas des armes mais a trouvé un moyen assez astucieux pour armer le mouvement : en lui remettant du cash ce qui permet de se procurer aisément toutes sortes d’armes sur les marchés tchadien et soudanais.

Faites-les partir en ordre ou laisser le tranquille – tel serait le dernier mot des français aux soudanais lors de leur rencontre à Paris au début de ce mois. Les français auraient fait comprendre à leurs interlocuteurs qu’ils ne sont plus dans la logique de « ou Deby ou rien », mais qu’ils sont très attachés à la stabilité et à l’unité du Tchad ; les intérêts stratégiques étant énormes. « Il faut que les rebelles parlent politiquement et militairement d’une seule langue ou à peu près, sinon laisser Deby tranquille! ».

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook