Les Brèves de N’djaména : La vie des leaders de la rébellion menacée

Selon des informations à prendre très au sérieux, Deby préparerait très prochainement un coup dont l’objectif est d’éliminer physiquement certains leaders de la rébellion. MM Timan Erdimi et Mahamat Nouri seraient les premiers cibles. L’information est d’autant plus sérieuse que Deby aurait infiltré les services de sécurité soudanaise et que quelques éléments de ces services seraient impliqués dans ce coup.

Les Itno n’iront plus aux combats – C’est la dernière décision de la famille. « On a suffisamment donné des grades et de l’argent, les bénéficiaires n’ont qu’à se mobiliser et mobiliser leurs parents pour défendre le régime qui a fait d’eux ce qu’ils sont», dixit la dernière réunion. Ainsi les Itno auront la charge unique de défendre le palais en cas d’attaque rebelle où tout le matériel militaire est, sans exception, entre leurs mains. S’il n’y a pas de menace ce sera alors la java en ville. La nouvelle a parcouru le milieu militaire comme une trainée de poudre et accentué d’avantage le mécontentement déjà très perceptible. Certains officiers tel le Gl Barka Djollok adjoint au Colonel Ousmane Bahar Itno (eh oui, ça existe au Tchad de Deby !!) ont déjà claqué la porte. A l’Est tous les responsables militaires sont des Itno, mais ce sont leurs adjoints qui sont sur le terrain, tandis qu’eux, les titulaires sont à N’djaména en train de gérer leurs affaires.

Abbas Mahamat Tolli, démissionnaire ? – On se rappelle que l’ex-argentier et neveu de Deby a été parachuté à la BEAC, comme Secrétaire Générale de cette institution sous régionale. Selon nos informations monsieur Tollimi s’ennuie énormément. D’abord, il ne pige rien de ce qu’on fait à la banque. Comble de tout, quand il parle, personne ne le comprend et quand les autres s’expriment, lui ne capte rien. Le Bureau du SG dans lequel on rentrait et sortait comme une fourmilière, est maintenant pratiquement déserte. Alors notre Sieur attend une occasion pour quitter la Banque et s’occuper de ses nombreux investissements en Malaisie, en Europe et en Amérique du Nord. Aux dernières nouvelles, l’occasion est en train de se présenter.


En effet, la BEAC est dans une situation catastrophique qu’elle n’a jamais connue de son histoire. Entre le départ de l’ancienne équipe et l’arrivée de la nouvelle, un trou de 20 milliards de CFA s’est soudainement créé tout seul ; trou qu’on arrive plus à boucher. Mais pour la Banque, ce sont des misérables détails que seuls les miséreux en font cas. Par contre le placement de 700 millions d’euros, effectués en catimini par le nouveau gouverneur, pose des serieux problèmes à la Banque, car le placement est parti en fumée suite à la crise financière internationale et cette affaire risque d’emporter toute l’équipe et Abbas pense y trouver son compte et s’accrocher au train en marche.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook