Les Brèves de N’djaména – Le défilé: Pssschit !

La mégalomanie poussée jusqu’au ridicule. Deby lui-même n’a plus confiance à la solidité de son pouvoir. Selon certains de ses proches, il lui a été suggéré d’attendre le 20ème anniversaire de son accession au pouvoir pour faire un truc grandiloquent, mais il aurait répondu que d’ici un an tout peut changer.

Et Deby de se précipiter, tête baissée dans l’achat tout azimut de toutes sortes d’armes. Il a certes voulu impressionner les tchadiens en exhibant toute la quincaillerie qu’il dispose, mais cette fois-ci, la ferraille est beaucoup plus destinée à impressionner la vingtaine des Présidents africains invités. «  Un grand pays pétrolier, une grande armée, un grand Président, il faut désormais compter avec lui en Afrique et qu’avec tout cet arsenal, le pays n’est pas du tout menacé et si tel est le cas, il est capable d’y faire face », c’est exactement le message que Deby a voulu faire passer à ses hôtes. Mais ce fut du fiasco. Sur vingt deux Présidents invités, seul le brouillon de l’Erythrée a fait le déplacement ; un individu de la même espèce que Deby dans son pays. Aucun autre chef d’Etat n’a fait le trajet pour N’djaména, même pas Bozizé !! Cet « ingrat » a eu l’audace, malgré l’opposition ferme de Deby, de convoquer une conférence inclusive au même moment et a prétexté ne pas pouvoir honoré de sa présence. Aucun de l’Afrique centrale. Même pas Kadhafi chez qui il a dépêché spécialement son PM pour le supplier d’honorer de sa présence. Si Deby a la mémoire courte, Kadhafi s’en souvient longtemps : ce dernier n’assistera jamais à un défilé de l’armée tchadienne, les souvenirs sont si amers ! Pour l’Afrique et la françafrique, Deby est infréquentable.

Une histoire abracadabrante – Quatre individus se disant appartenir à la milice djandjawids se présentent chez un certain Idriss Kirguim à Tiné Tchad. Pourquoi particulièrement chez ce type qui ne fait pas partie du sérail Debyste ? Pas de réponse pour le moment. Les quatre individus demandent à être conduits chez Timan Deby, car ils ont une offre importante à lui faire. Idriss Kirguim les accompagne donc chez le monsieur à Am Djeress. A ce dernier, les quatre font la proposition suivante : « nous sommes très proches de Soubiane et avons la possibilité de rapprocher Mahamat Nouri de très près; nous sommes venus vous dire qu’on est prêts à liquider physiquement Nouri très rapidement et sans bavure, si le Président tchadien met le prix qu’il faut ».


Timan Deby est très prudent, surtout qu’il connaît Idriss Kirguim comme étant un de ses virulents opposants. Il demande donc pourquoi les individus sont passés par Idriss Kirguim. Mais il ne reçoit pas de réponse claire. Alors Timan se fâche et met au gnouf Idriss et confie les djandjawids à Daoussa Deby qui est dans les environs, en train d’aménager une route transsaharienne entre Koufra et Am Djeress. La famille d’Idriss se mobilise et menace Timan, qui cède rapidement. Quant à Daoussa Deby, il remet tout simplement les quatre djandjawids au MJE. Le MJE ne perd pas le temps dans des interrogations improductives et fait passer ses « invités » carrément au « arbatachar ». Alors là ils avouent être des membres des services de sécurité soudanaise et non des djandjawid et qu’il y a même un capitaine parmi eux, et que leur mission est de liquider le chef du MJE, certains cadres du MJE ainsi que Timan Deby. Tout cela n’est pas clair. MJE, Timan et Daoussa Deby décident de faire passer tout le groupe à un autre « arbatachar ». Cette fois ci les aveux sont différents : le groupe n’appartient pas aux services de sécurité soudanaise, moins encore membre ou proche d’un mouvement armé.

Comme c’est la pratique courante, c’est une histoire montée de toutes pièces par Kirguim pour arnaquer les Deby qui sont prompts à mettre la main dans la poche pour tout ce qui peut nuire à la rébellion. A l’heure actuelle, les quatre individus seraient toujours aux mains du MJE qui continue ses enquêtes.

Beremadji Felix
N’djaména


Commentaires sur facebook