Les Brèves de N’djaména : Déguerpissement sur fond d’acharnement

Il était une fois, un Tchad sans pétrole avec des syndicats et des partis politiques bien organisés, capables de faire plier les décisions d’IDI. L’argent était rare et les cravatés de Washington avaient les yeux rivés sur le peu et sur tout. A la croisée de tous les dangers et la manne pétrolière ne pointait pas à l’horizon, et notre IDI avait un besoin pressant d’argent.

En ces temps, on comptait en centaines des millions de F CFA, pas en milliards comme aujourd’hui ; son ministre des finances d’alors, « le meilleur de tous les ministres des finances de tous les temps » (dixit Deby), l’homme de la croissance à deux chiffres, un certain Agronome Bichara Cherif Daoussa, ABCD (marque déposée de N’djamena Hebdo), proposa à IDI de brader tous les espaces réservés. Deby happa immédiatement l’hameçon. ABCD, qui a récupéré entre temps les services du cadastre, se mit au travail : Diguel et Sanbangali furent morcelés et octroyés, avec des frais multipliés par cent ! « La charité bien ordonnée commence par soi-même », ce n’est pas ABCD qui a inventé ce proverbe ! Ainsi à Diguel, ABCD s’octroya un « petit carré », un autre « petit carré » à Deby et un autre au feu Maldoum bada, le reste aux membres du clan et autres obligés. Deby morcela sa part et distribua aux Itno qui les vendirent immédiatement à d’autres. Il en fut de même à Sabangali où Maldom fut remplacé par Mahamat Ali Abdallah. En rappel, l’espace de Diguel était entièrement réservé à la construction d’un CHU (Centre Hospitalier Universitaire), mais les ex amis chinois de Taiwan ont construit un simple hôpital à la place d’un CHU (actuel hôpital de la Liberté), dans un espace bien inferieur à celui prévu initialement. Une commission technique a « reversé » l’espace restant au cadastre pour être distribué aux particuliers et cela avant la mainmise des services du cadastre par ABCD.

Ceci dit et au-delà de ce rappel, les documents en notre possession, dont nous avons jugé utile de publier certains (voir ci-bas), démontrent au stade actuel des décisions judiciaires que les occupants de ces espaces ont certainement le droit de leur côté. Dans le cas d’espèce, sans être un grand juriste, on peut aisément comprendre cela à leur lecture. Mais alors, pourquoi tout cet acharnement et tout ce zèle du maire? Ce pauvre maire fut-il zélé n’a fait qu’appliquer à la lettre les instructions de son chef. Comprenez bien que le chef du maire n’est ni le ministre de l’intérieur, moins encore le pauvre pm ; lui, il reçoit ses instructions directement de IDI. Un fin connaisseur de Deby avait dit une fois : « pour Idriss, faire du mal gratuitement a des effets aphrodisiaques chez lui ». C’est probablement la seule explication plausible qui puisse être donnée. Sinon, rien ne peut justifier l’acharnement de Deby pour déguerpir Diguel, surtout que la justice a démontré l’illégalité de l’acte. Les personnes dont les maisons sont rasées sont en réalité victimes d’un règlement de compte d’IDI.

Dans ce quartier vivent des gens qui, selon IDI, se sont « enrichis » avec sa bienveillance mais qui refusent ostensiblement de lui faire allégeance, pire, ces ingrats ne reconnaissent même pas qu’ils ont eu ce qu’ils en ont grâce à lui, en tête desquels, bien sûr ABCD, sans oublier les autres renégats ayant pris le chemin de la rébellion. IDI a attendu tout simplement le moment propice pour leur régler le compte. Ils ne seront ni les premiers, ni les derniers, avec IDI ce n’est qu’une question de temps !

Courrier Avocats au Mediateur
Courrier Avocats au President
ordonnance de refere

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook