Les Brèves de N’djaména : Les raisons d’une fouille

Ces derniers temps, Deby et son gouvernement sont saisis d’une frénésie sécuritaire dont les tchadiens ignorent les vraies raisons et causes. Selon nos informations, 3 éléments expliquent cette nouvelle distraction à la Deby. D’une pierre, trois coups.

A – Depuis le début de la révolte de la GR, les va-et-vient à la rébellion et de la rébellion n’ont jamais cessé, ce qui fait qu’aujourd’hui, à N’djamena, les ralliés des différents groupes armés, forment en eux-mêmes une armée. Abandonnés, délaissés et souvent humiliés, ils errent dans N’djaména miséreux et sans attache fixe. Deby n’a jamais eu confiance en eux et n’en aura pas. Dernièrement un groupe de ces misérables s’est retrouvé autour de quelques généraux pour se demander quelle est cette sorte de vie qu’ils sont en train de mener et jusqu’à quand ceci pourrait durer. Certains ont avancé qu’il faut regagner en masse la rébellion, d’autres ont objecté qu’ils ne seront jamais bien reçus par leurs ex-camarades et qu’il faut faire quelque chose sur place. Les propos tenus par ce cercle restreint se sont propagés comme une trainée de poudre. Tout cela n’a pas mis beaucoup du temps pour arriver aux oreilles de Deby. Pris de peur, Deby décida de désarmer immédiatement tous les ralliés et dans la même foulée récupérer toutes les armes que lui-même avait distribuées. L’appétit venant en mangeant, Deby a eu deux autres lumineuses idées.

B – Dans les grottes d’Am Djeress, Timan Deby est pratiquement séquestré par ses sujets. Il ne peut faire un pas sans l’escorte du MJE dont la seule et unique occupation et préoccupation est la sécurité de Timan Deby. Les sujets de ce dernier sont en conclave depuis presque 4 mois. Ils se réunissent, paradent et narguent Timan. Celui-ci veut fuir vers N’djaména, son frère de Président lui intime l’ordre de rester sur place. Fâché, Timan demanda à son tour à son grand-frère de trouver une solution à son problème d’autant plus que ce même n’est pas étranger à la révolte des sujets du « Sultan ». Et la solution c’est donc de désarmer ces insolents sujets. C’est ainsi que la première destination de la Commission dirigée par un Itno est le Wadi Hawar, chez les Bilia.

C – Malgré l’immense armada militaire qu’il a amassée, il manque des combattants à Deby. Depuis les derniers combats, l’envie de mourir pour Deby est substantiellement tombée. Les désertions des rangs de l’armée sont quotidiennes, les permissionnaires ne regagnent plus les garnisons et les camps de l’armée à l’est se vident de jour en jour. Alors Deby, avec les fouilles, trouve une belle occasion, un bon appât, pour garnir les garnisons de l’est. En effet quand il est question d’effectuer des fouilles, les volontaires ne manquent pas, car celles-ci sont des occasions rares pour arnaquer, faire main basse sur les biens des pauvres citoyens. Attirés par les perspectives de s’enrichir en pillant les biens d’autrui, les éléments de Hamadi Youssouf Itno risquent de découvrir la vérité amère de leur mission : faire face aux rebelles de l’est et participer aux prochains combats.

Mahamat Ahmat
N’djaména


Commentaires sur facebook