Les Brèves de N’djaména : Le remaniement qui n’a pas eu lieu

Deby ne veut ni voir ni sentir son PM et il ne le cache pas. Ses bouffons se délectent des anecdotes que Deby leur raconte sur lui. Pour ne pas le voir, les Conseils des Ministres sont devenus rares, les décrets émanant des membres du gouvernement et qui passent logiquement par le PM sont tout simplement bloqués. Seuls les décrets simples, c.à.d. à la signature unique de Deby sans autre visa, sont publiés ces derniers temps.

Ces décrets concernent naturellement les proches de Deby nommés à des postes « juteux » : Projets présidentiels. Pour ne pas donner raison aux nombreuses rumeurs en cours, Deby retarde le renvoie de son PM. En attendant, la concurrence est rude, les ambitions nombreuses. D’un coté, le perroquet national et le Ministre des affaires étrangères ne cachent plus leurs ardents désirs de succéder à YSA et ne ratent aucune occasion pour lécher les bottes de Deby : « Deby est un saint », dixit Moussa Faki ; « je suis prêt à mourir pour et avec Deby », dixit Ahmat El Bachir. Tous les deux originaires du Ouaddaï, l’un de Nguiguilim, l’autre d’Abougoudam (d’origine, sinon c’est un centrafricain), ils se voient en successeurs légitimes d’YSA ; les marabouts de ces deux coins sont mis chaudement à contribution. Passez dans les concessions de ces deux individus, vous verrez des choses bizarres, à la limite de la religion et de l’animisme.

De l’autre coté, chez les « Dja », la guerre n’est pas moins rude. Entre Djaraïbé Delphine Kemneloum et Djaïbé, le SGP, médecin et dopeur de Deby, le choix semble Difficile pour ce dernier. Le recours aux marabouts, aux féticheurs est aussi effréné que celui des premiers. Et puis patatras ! Deby drible tout le monde, il retouche son gouvernement sans vraiment le remanier. « Je ne vais pas donner raison à ces voyous ». Par « ces voyous », entendez les nombreux sites opposés à son régime qui ont spéculé sur le départ de YSA. C’est la seule raison !

Un président qui fonde sa politique sur la base de ce que les autres disent ! Dans tous les cas, le vrai remaniement est à venir et YSA est sur la ligne de départ, même si en disant cela on lui accorde un sursis supplémentaire

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook