Les Brèves de N’djaména : Le bruit des bottes

Depuis la bataille d’Am Dam on n’a plus des nouvelles de l’opposition, excepté celles données par Deby et ses thuriféraires. « Peut être une autre rébellion, quant à ce qui reste de l’UFR, il faut au moins trois ans pour qu’elle se reconstitue », entend-t-on par ci par là. Deby a même confié à ses bouffons que les principaux chefs de la rébellion ont traversé la Mer rouge, avec des détails sur chacun d’eux, sur leur état d’esprit, leur santé chancelante, certains d’entre eux seraient même devenus un peu …

Sur la même lancée, il a rappelé tous les chefs militaires, « héros » de la bataille d’Am dam, les a félicités, cadeautés en nature et en espèces et les a demandés de prendre des congés bien mérités. Entre temps, des colonnes entières sillonnent le Nord et l’est pour recruter, enrôler des forces des jeunes bergers, paysans et autres valides, qui sont immédiatement débarqués au CI de Moussoro et présentés ensuite comme des rebelles ralliés. Des ralliements qui passent en boucle sur la Tv de Deby : tel rallié se présente comme « la secrétaire » de Nouri, celui là 3ème personnalité de l’UFDD, etc., bref Deby est aux anges, et ses différents ministrons, surtout ceux qui sont chargés de porter la voix du maitre à l’intérieur et à l’extérieur du pays, la chante inlassablement en refrain : « la rébellion de l’Est est définitivement anéantie, irradiée ». Deby occupe donc seul le terrain, comme aux premières heures de la bataille ; seule nouvelle de l’est, les préparatifs de ralliement du tandem Soubiane/ Tamboulet.

Après la rencontre entre A H Soubiane et les émissaires de Deby à Tripoli, le FSR et la fraction Tamboulet, auraient fusionné pour être en position de négocier avec Deby. Quant à Deby lui-même, il s’occupe et suit personnellement, avec une très grande attention, les obsèques du Gl Félix Malloum. Il en fait un peu trop que les mauvaises langues disent que Deby , dans son subconscient, pense qu’il s’agit de ses propres funérailles. On serait restés dans cette monotonie d’autosatisfaction et d’autocongratulation à la Deby, si pendant le weekend, ce même Deby n’a pas convoqué ses chefs de guerre en congés et leur demanda de mettre fin immédiatement à leur vagabondage et regagner dare-dare l’Est.

Habillé en tenue de généralissime, bâton de commandement à la main, visiblement nerveux, Deby n’a même pas daigné dire « repos » aux généraux alignés « au gardez vous » devant lui : « qui vous a ordonné d’abandonner vos positions ? Qui vous a donné l’ordre de venir à N’djamena ? Un soldat qui abandonne sa position en pleine bataille doit être fusillé sans jugement, c’est le règlement militaire universel ; je ne veux plus voir aucun militaire d’ici 24h à N’djaména. Regagnez immédiatement vos positions, rappelez tous les militaires en congé, rompez ».

Aussitôt dit aussitôt fait : ce sont des colonnes entières qui quittent N’djaména pour l’Est depuis le weekend. Alors, depuis, on se demande ce qui se passe. Selon les dires, commentaires et infos de la capitale, il est peu probable que l’UFR ou un des groupes de l’Est puissent mettre sitôt Deby dans cet état. Alors on attend de voir.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook