Les Brèves de N’djaména : A quelque chose malheur est bon

La débâcle de la rébellion à Am-Dam a été très salutaire pour cette même rébellion selon des nombreuses sources concordantes en provenance de l’Est. Cette débâcle a aussi sonné le glas des petits calculs mesquins des groupes. Selon un haut responsable de l’UFR, celle-ci est réellement née après Am-Dam. La cohésion des groupes est beaucoup plus réelle qu’auparavant, la stratégie et les objectifs, clairs, le moral des troupes plus haut. L’autocritique semble avoir produit des effets positifs.

Deby est bien au courant du nouvel état d’esprit de la rébellion et il s’en inquiète, poussant jusqu’au harcèlement les marabouts et les féticheurs de faire tomber au plus vite la pluie à l’Est. Car tel que c’est parti, Deby pense que la rébellion, déployée de Tissi à Hadjer Marfaïn, risque de faire parler d’elle avant cette pluie qui est imminente, et ce sera un démenti cinglant à Deby et à ses thuriféraires qui ont vite fait d’enterrer définitivement la rébellion. Une fois mises entre parenthèse, les opérations d’achat des consciences et d’exfiltration ont commencé de plus belle depuis les trois dernières semaines. L’UFDD est la première cible par l’intermédiaire de Younousmi et d’Abakar Tahir, l’homme des affaires louches et à tout faire de Deby. Chacun d’eux doit dénicher ses parents de la rébellion moyennant des grosses sommes. Seconde cible, l’UFDD-F. La scission du Canton de Missiriés noir obéit à cette stratégie. En effet, Moussa Faki, devenu arabe ou spécialiste des arabes, c’est selon, aurait constaté qu’un nombre important des missiriés « allawuné » sont dans la rébellion. En créant un canton allawuné, Faki et certains notables de cette communauté espèrent récupérer en échange, quelques rebelles et les « vendre » à Deby. La conservation des postes et titres est à ce prix. C’est se tromper d’époque et surtout méconnaître ceux qui sont dans la rébellion.


D’autres envoyés de Deby campent aux portes de Hadjer Marfaïn avec des valises bourrées de CFA, dans l’attente des déserteurs : un rebelle avec un véhicule monté d’une arme lourde aura immédiatement 15 millions de CFA, cash, un vehicule sans arme, 10 millions de CFA, un piéton avec arme légère, 500.000 CFA, etc. Cette opération est appuyée par un dispositif militaire sans précédent. Deby a déployé tout ce qu’il a comme véhicules blindés. Convaincu que les rebelles ne disposent pas des antis blindés et très content des effets produits par ces mêmes blindés à Am-Dam, Deby a acquis la conviction que Toyota contre Toyota, les rebelles en sortiront vainqueurs, alors il s’est doté d’un nombre impressionnant des blindés qu’il pense invincibles. A voir.

L’allié soudanais n’est pas non plus du reste. Certain que Deby est en train de menacer ses intérêts stratégiques et même ceux des autres pays arabes limitrophes du Tchad, avec la construction d’un aéroport pouvant accueillir des gros porteurs, des avions de guerre, etc., le Soudan a décidé de réduire au minimum la capacité de nuisance de la rébellion du Darfour et particulièrement l’allié de Deby, le MJE. Pour cela, il a réussi un coup de maitre en réussissant à fédérer tous les petits groupes rebelles anti MJE, se réconcilier avec eux, les armer massivement et les mettre sur les traces du MJE. Sous la direction de Minni Arkou Minnawi, ce nouveau groupe allié du gouvernement est censé de chasser le MJE de tout le Darfour et au besoin l’éloigner de son réduit d’Amdjeress. Dans les jours à venir, il risque d’avoir du « tao tao et du boum boum » à l’Est et ce malgré une saison des pluies très menaçante.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook