Tchad: Tokyo Sexwale en Business – Lettre du Continent

Le « présidentiable » sud-africain Tokyo Sexwale va s’installer au Tchad dans les mines avec des perspectives dans le pétrole. Enquête exclusive.

L’ancien patron du Gauteng, la province la plus riche d’Afrique du Sud qui succèderait au président Thabo Mbeki, poursuit à la tête de son groupe Mvelaphanda Ressources un quadrillage des pays miniers et pétroliers d’Afrique centrale. Selon nos informations, Tokyo Sexwale négocie personnellement depuis deux ans au Tchad pour entreprendre des recherches d’exploration minière (or et uranium) et pétrolière dans la région du Mayo Kebbi (sud-ouest du pays) à la frontière du Cameroun, autour de Pala et de Léré.

La stratégie est l’exploitation de minerais (or et uranium) qui permet de dégager du cash pour des recherches pétrolières. Une opération du même type est en cours au Niger, dans le massif de l’Aïr. A N’djamena, Mvelaphanda a créé la société Tchad Mining et des experts sud-africains sont déjà sur place. Tokyo Sexwale, qui s’est associé l’année dernière avec Lazarus Zim, l’ancien patron d’Anglo american, contrôle par ailleurs à 48% le groupe privé pétrolier Ophir qui est entré au Congo-B, en Guinée équatoriale, au Gabon et dans la Join Development Zone entre le Nigeria et Sao Tomé. Dans le sillage des groupe miniers, les compagnies sud-africaines de sécurité privée sont de plus en plus présentes en Centrafrique comme au Tchad, en particulier Sparenberg Mining Safenet dirigé dans la région par Maurtiz Le Roux, un ancien des Forces spéciales sud-africaines et d’Executive Outcomes (LC nº507).


Commentaires sur facebook