Les Brèves de N’djaména : Deby, immortel et inamovible

Les dernières nouvelles qui circulent dans notre capitale pourrait faire croire à un mal averti que Deby est devenu l’assainisseur de l’Etat, le purificateur des institutions financières, le traqueur des corrompus. Zene Bada est jeté en prison parce qu’il a vidé les caisses de la mairie. Haroun Kabadi croupit à la maison pour s’être impliqué dans l’affaire des marchés publics au ministère de l’éducation nationale. Le parlement vient d’autoriser la mise en accusation de trois Ministrons de moindre envergure, des seconds couteaux ou quoi, etc.… Il y a de quoi applaudir Deby :

  • Si lui-même ne confond pas sa poche et le trésor public ;
  • S’il n’a pas mis à la tête des régies financière de l’Etat des médiocres ou semi alphabétisés membres de sa famille qui gèrent ces entreprises comme des épiceries privées ;
  • S’il peut nous expliquer ce qu’il fait des revenus pétroliers ;
  • Et si et si et si…

Mais Deby vient de nous donner les raisons qui le poussent à agir de la sorte ces derniers temps. Ragaillardi par l’absence des attaques rebelles, et d’une vraie opposition à l’intérieur, il vient de faire savoir qu’il est désormais immortel et inamovible ; que le Tchad et ses richesses appartiennent à lui et à sa famille, exclusivement et éternellement.

Pour preuve, Deby veut faire d’Amdjeress, le puits , actuellement asséché où son vieux papa abreuvait ses chameaux au siècle dernier, la future capitale du Tchad et s’y installer durablement. Il y a déjà suffisamment des infrastructures à Amdjeress : des superbes villas inoccupées ; des grandes rues où aucun véhicule ne circule, excepté ceux de la GR, un aéroport international où aucun avion n’atterrit sauf rarement celui de Deby. Et comme Amdjeress n’est pas un endroit idéal pour le pâturage selon des bonnes sources, aucun chameau ni berger ne rode tout autour. Alors Deby vient de décider de meubler son puits : A mi janvier il convoqua les Itno et leur ordonna d’aller construire immédiatement à Amdjeress. « Donnez l’exemple ! chacun de vous doit construire une belle villa et y habiter ; d’abord les beris vont vous suivre et ensuite tous ceux qui rodent autour du pouvoir, ainsi nous ferons d’Amdjeress une ville superbe, moi j’y habiterai; les Conseils des Ministres s’y tiendront , tous ceux qui veulent me voir seront obligés de faire le déplacement y compris les hautes autorités étrangères, il y aura de l’animation à Amdjeress, je vous assure ; mieux, Kadhafi m’a promis qu’il va goudronné la route Amdjeres- Koufra. » Aussitôt dit, Deby étala devant sa famille ébahie un milliard sept cent cinquante millions (1.750.000.000) CFA en espèces et chargea un des neveux de partager équitablement entre tous les membres.

Malgré le montant mirobolant, Deby constate à sa grande surprise que les participants ne sont pas très enthousiasmés par la décision. Alors Deby demande : « mais quoi ? Cce n’est pas suffisant ? Je sais que chacun de vous peut mettre autant sur la table, mais j’ai quand même décidé d’apporter ma petite contribution alors prenez et allez construire et vite. » S’en suit alors une étrange conversation. Un participant ose : « et si les rebelles … » « Je les ai enterrés à Am-dam », coupe brutalement Deby ; « il ne reste que leurs fantômes, et seuls les enfants ont peur des fantômes. » Un autre avança très mollement : « vous savez M. le Président, il y a le destin, tout homme est mortel … » «Tu as vu un Président mourir à mon âge, euh ? La santé ce sont les moyens et les moyens, j’en ai ; vous croyez ou écoutez trop ce que racontent les gens qui veulent ma mort, mais je vais les décevoir, je suis encore pour longtemps à la tête de ce pays. Allez construire, point final. »

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook