Les Brèves de N’djaména : Mahamat Zene Bada avoue

L’ex maire de N’djaména a connu des débuts très difficiles à la maison d’arrêt. Les prisonniers ont décidé de lui réserver un accueil digne de ses forfaits accomplis quand il pensait être l’intouchable du régime. Dès qu’il a posé son pied à l’intérieur de la Maison d’arrêt, les prisonniers ont entonné à l’unisson « enlevez votre pied M. le Maire, ici c’est une réserve.» Allusion aux nombreuses maisons démolies sous le fallacieux prétexte qu’elles sont construites sur des réserves de l’Etat.

Ensuite suivirent plusieurs humiliations dont on vous fait grâce et dont le M. ne s’y attendait pas du tout. Après un bon moment de calvaire, le régisseur de la Maison d’arrêt a décidé de mettre fin à la situation de SDF de MZB, en lui trouvant une place un peu éloigné du reste des prisonniers. Dans son nouveau logis, MZB ne reçoit les visiteurs que sur rendez-vous.

Le Ministère du Contrôle d’Etat avait évalué à 28 milliards la somme détournée par l’ex Maire ; l’intéressé ne reconnait que 5 milliards. Sur cette somme, plus de 80% ont été distribués aux proches de Deby. MZB détient une liste très détaillée sur laquelle figurent les noms des bénéficiaires avec dates et montants. Prudent, il a photocopié la liste et remis quelques exemplaires à des parents et amis. On ne sait jamais, un scorpion du désert de l’Ennedi peut rentrer dans sa cellule et causer des dégâts. Sur cette liste, un certain XYZ a reçu un milliard. On soupçonne fortement qu’il s’agit de Deby lui-même. Le Ministre de l’intérieur, le perroquet national a bénéficié d’un « misérable » trois cent millions de CFA. Il n’y a pas de montant indiqué sur la rubrique « achat des véhicules aux chefs de canton du Guerra» .Lesquels Chefs de canton ont fait le déplacement jusqu’à N’djaména pour plaider la cause de leur fils, mais Deby les a complètement ignorés. Les membres de la famille de Deby, toute la garde rapprochée, à commencer par les chefs, se partagent presque deux milliards selon la même liste. Apparemment MZB a fait un travail inutile: aucun membre de la famille, ni les éléments de la garde rapprochée n’ont levé le petit doigt pour protéger leur bienfaiteur. Les autres courtisans, les Younousmi, Ahmat Bachir, Mahamat Nasser, etc., sont avertis ; quand Deby veut satisfaire ses instincts sadiques, il fait table rase sur tous les services rendus à lui et/ou à sa famille. Et puis il est de coutume chez Deby d’humilier publiquement tout collaborateur à un moment ou à un autre.

Ministre de l’Environnement trébuche sur un tronc d’arbre mort – Le sultan de Masséneya octroie un grand terrain vierge au Gal GOG, ex n° 2 de Mahamat Nour Abdelkerim et actuel ex CEMGA adjoint de Deby. Le Gal va voir Deby et l’informe qu’il veut faire de l’agriculture sur un terrain octroyé par ledit sultan et qu’il a besoin de son aide matérielle et administrative. Tout en le félicitant de l’initiative, Deby lui remet un tracteur flamboyant neuf en l’encourageant fortement. Ensuite le Gal se rend au Ministère de l’Environnement, rencontre le titulaire et raconte ses démarches en insistant sur le fait que le Président est au courant et que c’est le Président lui-même qui l’a suggéré de venir le voir pour les formalités administratives, car le Gal veut couper tous les arbres et défricher le terrain. Le Ministre lui remet une autorisation exceptionnelle de coupe d’arbres.

Tout content, le Gal, muni de son autorisation, se rend sur son tracteur au terrain octroyé et entreprend la coupe systématique de tous les arbustes qui jonchent le terrain et charge le bois ainsi récupéré sur une douzaine des camions, direction N’djaména. Le perroquet national dont la cote est en baisse chez Deby et qui fait toutes les gymnastiques de courbette et lèche bottes pour la rehausser, apprend par ses services de l’arrivée d’une douzaine de vehicules chargés du bois mort. Alors il s’y précipite pour faire le coupeur de route, intercepte et met le feu aux véhicules chargés. Le lendemain, Deby « apprend » la nouvelle ; il se met d’une de ses fausses colères : il démet le CEMGA adjoint, met fin aux fonctions du Ministre de l’Environnement et suspend le Sultan et déclare publiquement que le perroquet national a agi de son propre chef et qu’il doit dédommager les propriétaires des véhicules.

En réalité tout cela ressemble à une grotesque mise en scène. Deby n’a jamais fait confiance au Gal GOG qu’il le soupçonne d’être toujours en contact avec son ex Chef Mahamat Nour Abdelkerim, aujourd’hui en exile. Si ce n’était l’opposition énergique de Kelenkeyno, DG de Gendarmerie, GOG serait longtemps arrêté et probablement disparu. Quant au Ministre de l’Environnement, il était dans le collimateur de Deby depuis l’arrestation de son beau père, l’ex Ministre du commerce qui a passé à la maison d’arrêt de N’djamena depuis une année sans un vrai procès et vient d’être récemment gracié par … Deby. Le Sultan de Masséneya, quant à lui, il feint d’oublier qu’il est devenu Sultan grâce à Deby en remplacement de son demi-frère congédié par le même individu. Eh oui, ce dernier bafoue allégrement les traditions ancestrales en nommant et congédiant les chefs traditionnels.

Le perroquet national a informé dans un chuchotement presque audible qu’il a reçu l’ordre formel de Deby pour mettre le feu aux véhicules. Par contre il n’a pas le courage d’un MZB pour dire les choses haut et fort. Toujours est-il que Deby a trouvé une occasion en or pour rabaisser encore d’un niveau la cote du perroquet en attendant de l’envoyer chez son ami et ex collègue, MZB.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook