Les Brèves de N’djaména: Revenus pétroliers, la commercialisation du brut tchadien

Les raisons qui ont poussé IDI de décider dorénavant de prendre la vente et commercialisation du brut tchadien sont très diverses et quelques fois même contradictoires.

1 – La vente du brut par le Consortium est transparente (relativement); du moins son circuit est traçable au millimètre près. De la tête de puits à Doba en passant par Kribi où des douaniers et inspecteurs tchadiens scrutent à la loupe les quantités enlevées, qui les a enlevées, vendues à qui et à quel prix – tout est connu. Les produits de la vente sont versés à la Citibank qui, après commissions, frais et paiements des prêts effectués, reverse la part du Tchad au Trésor français (Eh, oui !!), ce dernier, peinard, retire ses frais et commissions et verse le reliquat à la BEAC sur le compte du trésor du Tchad. Là, attendent pour cueillir cette manne, la DAAFM de la Présidence, l’Aide de camp du Président, le Trésorier Payeur Général (un Itno) et l’envoyé de Hinda. Tout est connu. La trace de ce circuit est indélébile et Deby n’aime pas cela. Confier la vente à un illustre inconnu et vous remet l’argent cash, loin des yeux des curieux, quitte à recevoir moins que ce que le Consortium donnait.

2 – L’ex Ministre du Pétrole est un fervent partisan de la vente par le Tchad sa part du brut. Son raisonnement est simple, logique et on peut ajouter que c’est même « patriotique ». « Le Tchad doit être maître du destin de son pétrole, les ingénieurs tchadiens doivent maîtriser les circuits complexes de la commercialisation du brut par le biais de la Société pétrolière, la STH, le Tchad doit valoriser son pétrole, etc. » Logique, n’est ce pas ? Pour ces raisons, l’ex Ministre du pétrole aurait été à l’avant-garde de la création de ladite STH où il aurait pensé devenir le premier DG. Mais derrière cette phraséologie apparemment nationaliste se cachent les intentions dissimulées, d’un illustre opportuniste imposteur! L’ex patron du Département du pétrole, puisque c’est de lui qu’il s’agit, sait très bien qu’en Afrique noire aucune société nationale pétrolière n’a joué un rôle majeur dans la maîtrise technologique et commerciale du pétrole par les nationaux.

Les Sociétés pétrolières ont été partout des caisses noires pour les gouvernants et les garages pour leurs protégés, pourquoi il en serait autrement au Tchad surtout à l’ère de Deby ? Le bon Monsieur sait aussi pertinemment qu’avec l’ancien schéma (la vente par le Consortium), il n’aura absolument rien comme dessous de table, rien ! Sauf les miettes que Deby accepterait de lui donner pour son zèle ; à l’instar des 400 millions que Deby lui a remis lors des premières ventes, pour être distribués aux cadres ayant pris part aux négociations, mais le Monsieur les a entièrement détournés, ce qui a provoqué le décès d’un haut cadre du Ministère ….crise cardiaque ! Aussi, le Monsieur pétrole a-t-il développé un lobbying forcé auprès de l’entourage des Deby (madame et Monsieur), le Monsieur étant connu pour être le caniche de Daoussa Deby, pour forcer la création de la STH et plus tard prendre en main la vente du brut. Bien joué, clairvoyant et visionnaire et bonjour le flux des commissions et les arnaques de tout genre des éventuels nombreux intermédiaires ! Mais avec Deby, on a beau faire des projets …

3 – Le petit frère de la Première chôme, ce qui embête énormément sa Grande Sœur ! Nommé DG de la société pétrolière au lendemain de la création de celle-ci, le petit, non seulement ne sait rien mais n’a rien à faire. Les ongles sont tombés à force de se les ronger. Les rares prérogatives que lui donnent les textes ont été arrachées par son Ministre de tutelle qui a été aussi le rédacteur des textes de la STH. Lui qui pensait patauger dans l’or noir, patauge dans le brouillard; du coup, la Première insista auprès du Premier pour qu’on donne du boulot au Petit, càd faire du Petit un vendeur du brut, ce qui fut fait.

Dadnadji et Nasser, écartés – Depuis que Deby a décidé de vendre lui-même le brut tchadien, les différentes « résidences » de ce même brut font l’objet d’un embouteillage indescriptible. Les différents « traders » font la queue chez Deby, Hinda, Dadnadji, Nasser et bien évidemment chez le petit de Hinda. Selon des informations concordantes, des grosses sommes sous forme d’avance ou commissions sont déjà versées à chacune des personnalités ci-dessus. Ce qui aurait fortement irrité Deby. Pour ce dernier, le pétrole est désormais son affaire personnelle à travers le petit frère de Madame. Prenant prétexte de l’agitation frénétique de Dadnadji et Nasser autour de ce dossier, Deby les a purement et simplement écartés du dossier pour laisser le champ libre au Petit.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook